L’Envoyé de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, a déploré devant le Conseil de sécurité, la poursuite de la guerre dans ce pays, regrettant que le conflit armé ne montre aucun signe d’apaisement.
Le Représentant spécial et chef de la Mission d’appui des Nations-Unies en Libye (MANUL), qui s’exprimait devant les membres du Conseil par visioconférence depuis Tripoli, a noté que les parties au conflit libyen ont intensifié leurs campagnes aériennes, avec des frappes ciblées menées par des avions et des drones armés, ignorant ainsi les appels à la désescalade lancés par la communauté internationale.
Selon M. Salamé, la guerre autour de Tripoli, qui a débuté en avril, a déjà fait près de 1.100 morts, dont 106 civils, et des centaines de personnes ont dû fuir leur maison dans la capitale et aux alentours en raison des combats.
L’envoyé onusien a également fait état devant les membres du Conseil d’une hausse du recrutement et de l’utilisation de mercenaires étrangers en Libye, parallèlement à l’utilisation croissante d’armes lourdes et d’attaques au sol.
“Les parties croient toujours qu’elles peuvent atteindre leurs objectifs par des moyens militaires”, a-t-il regretté, estimant que “le présent et l’avenir de la Libye ne doivent pas être pris en otage par les parties belligérantes”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer