Après neuf mois d’interruption, les travaux du Comité constitutionnel syrien ont repris ce lundi à Genève mais ont été rapidement suspendus après que trois membres ont été testés positifs à la Covid-19.

Le Bureau de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie a indiqué dans une déclaration à la presse avoir reçu la confirmation que trois membres de l’organe restreint du Comité constitutionnel ont été testés positifs à la Covid-19.

« Après avoir informé les autorités suisses et l’Office des Nations Unies à Genève, des mesures immédiates ont été prises conformément aux protocoles pour atténuer les risques, et la recherche de toute personne qui aurait pu être en contact étroit avec les personnes affectées est en cours », a précisé le bureau de Geir Pedersen.

« Les membres du comité ont été testés avant de se rendre à Genève, et ils ont été testés à nouveau à leur arrivée, et le port de masques et des mesures de distanciation sociale strictes étaient en place lors de leur rencontre au Palais des Nations », a-t-il ajouté. « Après une première réunion constructive, la troisième session du Comité constitutionnel est actuellement suspendue », a-t-il précisé.

Plus tôt dans la journée, les 15 représentants de chacune des délégations, celles désignées par le gouvernement et les opposants et celle qui rassemble la société civile, se sont retrouvés dans la même salle.

Avant l’annonce de la suspension, il était prévu que les 45 membres de l’organe restreint du Comité constitutionnel se retrouvent pendant une semaine au Palais des Nations pour se pencher sur les contours d’une possible nouvelle loi fondamentale.

Des images fournies par la Télévision de l’ONU ont montré une arrivée séparée des délégations au Palais des Nations. Masquées en raison de la pandémie de Covid-19, ces dernières ont ensuite rejoint le siège de l’ONU à Genève.

Les négociateurs en chef de la délégation du gouvernement syrien, Ahmad Kuzbari, et de l’opposition, Hadi Al-Bahra, ont tous deux fait un signe de la main en entrant dans les locaux du Palais des Nations. Ils n’ont fait aucune déclaration à leur arrivée au Palais des Nations.

Selon les médias, l’Envoyé spécial de l’ONU sur la Syrie Geir Pedersen a rencontré séparément ce week-end les co-présidents du comité, celui nommé par le gouvernement, Ahmad al-Kuzbari, et celui choisi par l’opposition, Hadi al-Bahra. Il a également rencontré des représentants de la société civile.

Le Comité constitutionnel syrien, chargé de réformer la Constitution de 2012 en vue de prochaines élections, a été inauguré le 30 octobre dernier à Genève en présence de 150 personnes. Un comité restreint de 45 membres a ensuite été chargé d’entrer dans le détail de la Constitution.

Ces travaux sont conformes à la résolution 2254, adoptée en décembre 2015 par le Conseil de sécurité, qui prévoit également l’organisation d’élections sous la supervision de l’ONU.

Bouton retour en haut de la page
Fermer