Le Chili rédigera une nouvelle constitution après le vote massif, dimanche, pour la rédaction d’une Loi Fondamentale par le biais d’une “Convention constituante” formée uniquement de citoyens élus, en remplacement de la Carta Magna créée en 1980 pendant la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

Dans une allocution télévisée depuis le Palais présidentiel de La Moneda, le président Sebastián Piñera a appelé à l'”unité” de son pays pour rédiger la “nouvelle Constitution, après un vote massif des Chiliens en faveur d’un changement du texte fondamental.

“Jusque-là, la Constitution nous a divisés. A partir d’aujourd’hui, nous devons tous collaborer pour que la nouvelle Constitution soit un espace d’unité, de stabilité et d’avenir”, a déclaré le président.

“Aujourd’hui, nous avons de nouveau démontré la nature démocratique, participative et pacifique de l’esprit chilien et de l’âme de notre nation, honorant ainsi notre belle tradition républicaine”, a ajouté le président chilien.

“Aujourd’hui la voix de tous les citoyens a été entendue avec la même force. Sans aucun doute, ce triomphe de la démocratie doit nous remplir de joie et d’espoir. Les Chiliens ont montré que le dialogue est plus fructueux que l’intolérance, que la collaboration est plus puissante que la confrontation et que l’espoir est plus inspirant que la peur”, a relevé le président.

Selon M. Piñera “ce plébiscite n’est pas la fin, c’est le début d’un chemin qu’ensemble nous devrons tous parcourir pour convenir d’une nouvelle Constitution pour le Chili”.

Après le dépouillement de 99% des voix, le Service électoral (Servel) a indiqué que 78,27% des électeurs ayant participé au référendum constitutionnel du 25 octobre se sont prononcés pour la rédaction d’une nouvelle Loi fondamentale, alors que 21,73% ont rejeté cette option.

S’agissant de la méthode choisie pour la rédaction de cette nouvelle constitution, 79,02% se sont dits favorables à l’option de la “Convention constituante”, formée uniquement de citoyens élus, alors que 20,98% ont choisi la “convention mixte constitutionnelle”, composée de citoyens élus et de parlementaires.

Cette consultation populaire a été marquée par une participation record de 50,21% des 14.855.719 électeurs inscrits, a relevé le Servel.

Ce plébiscite, organisé alors que le pays a dépassé le seuil de 500.000 cas confirmés de contamination au COVID-19, a été marqué par l’instauration d’une série de mesures sanitaires afin de préserver la santé des électeurs et du personnel en charge des bureaux de vote.

En effet, des mesures sanitaires spéciales dont la mise à disposition de kits sanitaires au sein des bureaux de vote, l’installation d’isoloirs sans rideaux et l’aménagement d’une plus grande accessibilité pour les personnes âgées et les personnes à risque, ont été instaurées par les autorités compétentes.

La “Convention constituante” sera composée de 155 membres, tous des citoyens élus. Cette convention devrait être totalement paritaire, selon une loi votée en mars dernier au Parlement.

La prochaine étape sera l’élection le 11 avril 2021 des membres de la “Convention constituante”. Les travaux de la Convention élue dureront neuf mois et pourront être prolongés de trois mois. Un deuxième référendum, dont la date n’a pas été définie, sera organisé pour approuver la nouvelle Constitution. La totalité du processus pourrait durer environ deux ans.

Désormais, cette nouvelle Constitution sera la première des trois que le Chili a connu au cours de ses 200 ans d’indépendance (1833, 1925 et 1980) qui ne sera pas rédigée à portes fermées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer