La 3e session du Comité constitutionnel (CC) syrien, réuni en format restreint, a repris jeudi soir à Genève après que quatre délégués eurent été testés positifs il y a trois jours au nouveau coronavirus.

Le bureau de l’envoyé spécial de l’ONU Geir Pedersen a indiqué avoir “été informé par les autorités sanitaires compétentes que la nature de ces cas est telle que la troisième session du comité restreint du Comité constitutionnel peut reprendre ses réunions”, dans le respect des gestes barrière et des distances.

Au total, 45 personnes participent à ces discussions, choisies à parts égales par le gouvernement de Damas, l’opposition et l’émissaire de l’ONU Geir Pedersen afin d’insérer des représentants de la société civile.

Après neuf mois d’inaction liée à des désaccords sur l’agenda des discussions et à la pandémie de Covid-19, les parties avaient finalement décidé de se revoir cette semaine, les délégués acceptant d’être testés avant leur départ et à leur arrivée à Genève.

Mais quelques heures après l’ouverture des discussions, ces dernières ont été suspendues après la découverte de cas de coronavirus. Au total, 4 participants ont été testés positifs lors des tests effectués à Genève, selon l’ONU.

Le Comité constitutionnel syrien, chargé de modifier la Constitution de 2012 en vue de prochaines élections, a été inauguré le 30 octobre à l’ONU à Genève en présence de 150 personnes. Un comité restreint de 45 membres a ensuite été chargé d’entrer dans le détail de la Constitution.

L’ONU espère que ce processus ouvrira la voie à un règlement politique du conflit, qui a fait plus de 380.000 morts depuis 2011.

Bouton retour en haut de la page
Fermer