Le Cambodge et le Laos ont commencé à retirer leurs troupes du territoire contesté dans la province de Preah Vihear après des négociations entre de hauts responsables militaires des deux pays qui ont débouché sur un apaisement des tensions, rapportent les médias locaux.

Sou Serey, gouverneur adjoint de la province, a déclaré samedi que les deux parties retiraient maintenant leurs troupes pacifiquement.

Les deux pays d’Asie du Sud-Est auraient trouvé un accord pour mettre fin au conflit frontalier qui les oppose depuis plus de deux ans, selon la presse locale qui précise que les dirigeants cambodgien et laotien ont accepté de retirer leurs troupes de la zone frontalière non délimitée.

Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, a en effet indiqué qu’il s’était entretenu par téléphone samedi matin avec Thongloun Sisoulith, le président du conseil des ministres laotien, afin de mettre au point un accord sur le retrait des troupes des deux parties d’une zone frontalière non délimitée.

Les tensions entre les deux pays avaient débuté lorsque le Cambodge avait accusé le Laos d’avoir déployé un peloton d’une trentaine de soldats pour occuper différentes zones de la province de Stœng Trêng, située au nord du « pays du sourire », à la frontière de la province laotienne d’Attapu.

Bien que le peloton se soit retiré trois mois plus tard, à la suite d’un entretien entre les dirigeants des deux pays, la méfiance restait de mise. Ces derniers avaient même décidé de mobiliser à nouveau leurs soldats de chaque côté de la frontière.

La province de Stœng Trêng, a en effet successivement appartenu à l’Empire khmer, puis au royaume lao de Lan Xang et enfin du royaume de Champassak, avant d’être rétrocédée au Cambodge durant la période de l’Indochine française.

Bouton retour en haut de la page
Fermer