Le Crédit Agricole du Maroc (CAM) et la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER) ont décidé de mettre en place un protocole de coopération transverse à l’ensemble des filières agricoles et portant sur la mise en œuvre d’un accompagnement spécifique pour les jeunes entrepreneurs agricoles.

Ce protocole a été annoncé à l’occasion d’un webinaire organisé mardi dernier par le CAM autour de la thématique de l’entreprenariat des jeunes dans le domaine agricole et le milieu rural, indique le groupe dans un communiqué.

Tenu sous la présidence de Tariq Sijilmassi, Président du directoire du CAM et Mohamed Alamouri, Président de la COMADER, le webinaire a réuni notamment des représentants du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du développement Rural et des Eaux et Forêts (MAPMDREF) et le Directeur Général de l’Agence pour le Développement Agricole (ADA), précise la même source.

Il a également été décidé à cette occasion de créer une cellule spéciale pour le traitement des éventuelles réclamations entrant dans le cadre du programme Al Moustatmir Al Qaraoui et donnant la main aux interprofessions pour faire la revue des dossiers concernés (moins de 10%), sachant que 90% des dossiers AMAQ reçus par la Banque sont traités et aboutissent au financement nécessaire dans les meilleurs délais, fait savoir le communiqué.

Les participants au webinaire ont ainsi discuté des moyens à mettre conjointement en œuvre pour apporter une contribution significative à la question de l’employabilité des jeunes dans le secteur agricole, la promotion de l’entrepreneuriat dans le monde rural et la création d’emplois et ce en vue de participer au développement d’un environnement incitatif propice à l’émergence d’une classe moyenne agricole et rurale, souligne la même source.

Le webinaire a été aussi l’occasion de revenir sur les grandes lignes de la nouvelle stratégie Génération Green 2020-2030 notamment son volet relatif à l’élément humain et à la classe moyenne rurale et de présenter le dispositif du CAM au profit des jeunes porteurs de projets dans le milieu rural et son offre d’accompagnement de Génération Green à destination de cette cible.

Plusieurs corollaires au sujet, de nature à encourager l’entreprenariat des jeunes, ont été mis en exergue notamment la problématique de la transmission intergénérationnelle des exploitations agricoles, le développement des entreprises de services à l’agriculture tant au niveau de l’amont que de l’aval et l’utilisation du digital pour servir au mieux le secteur agricole via les e-services et le e-learning.

Les intervenants ont loué les efforts continus du CAM pour la promotion et l’encouragement, non seulement des jeunes mais aussi de la femme rurale à travers, particulièrement l’accompagnement des coopératives marocaines.

Ils ont souligné, selon le CAM, la nécessité pour les interprofessions de jouer pleinement leur rôle dans l’accompagnement des jeunes et leur intégration dans les chaînes de valeur des différentes filières à travers, entre autres, la mise en œuvre de programmes de mentoring et ce pour faciliter le déploiement opérationnel des dispositifs d’accompagnement du MAPMDREF et du CAM.

Dans ce contexte l’accent a été mis également sur l’opération de Melkisation des terres collectives qui ouvrira un champ potentiel énorme pour les jeunes. Ils se sont également accordés à dire qu’il fallait établir des cartographies régionales détaillées et des listes des métiers porteurs et secteurs les plus opportuns par région afin d’orienter les jeunes vers des investissements viables et pérennes tout en œuvrant pour le développement d’un climat d’affaires propice, notamment au niveau de la commercialisation.

En effet, plusieurs filières s’avèrent pouvoir être fortement inclusives pour les jeunes et contribuer grandement à la naissance de la classe moyenne rurale à l’instar de l’arganier, de la filière apicole et de la filière bio, ajoute le communiqué, notant que plusieurs idées novatrices ont également été proposées telles que la création d’oasis pilotes alliant cultures de dattes et produits bio au tourisme rural.

D’une manière générale les participants ont insisté sur la priorité qui doit être donnée à la production nationale, mettant en garde contre les importations subventionnées, qui viennent détruire de la valeur au niveau des filières agricoles marocaines. À ce titre, ils ont préconisé une politique sélective permettant d’assurer la sécurité alimentaire, qui n’est pas synonyme d’autosuffisance de la production.

Sur le volet des exportations, plusieurs représentants des filières ont insisté sur la nécessité d’un soutien logistique et financier pour élargir les marchés cibles notamment en Afrique.

A l’issue de la rencontre, les participants se sont félicités de la qualité des débats et de l’optimisme qui en ressort. Ils ont également vivement remercié le CAM pour cette initiative qui a redonné aux opérateurs pleine confiance en l’avenir en dépit du contexte actuel et qui les a assurés du soutien total et indéfectible de leur Banque historique, toujours prête à les accompagner et à les appuyer en toutes circonstances.

Cette rencontre virtuelle a vu également la participation des présidents des fédérations interprofessionnelles de l’agriculture: FIVIAR , INTERPROBERRIES MAROC, FNIS, FISA , FIMASUCRE , INTERPROLIVE , MAROC LAIT, MAROC-CITRUS, FIAC, FOLEA, FEDAM, FIFEL, FIFARGANE, FIMAROSE, FIMASAFRAN , FIMADATTES, FIMAP, FNIR, FIMABIO.

MAPB 000000

Bouton retour en haut de la page
Fermer