Depuis le lancement de la stratégie “Génération Green 2020-2030”, présentée devant SM le Roi Mohammed VI, février, par le ministre de l’Agriculture, les membres du Club des entrepreneurs Bio (CEBio) se sont attelés ces derniers mois à la concertation et à l’actualisation du livre blanc des filières Bio, élaborant une plateforme nationale d’actions spécifiques et multidimensionnelles.
“Bio Maroc, nous consommons Santé et environnement, nous préservons Produits Bio, au Maroc nous développons !” est le leitmotiv du CEBio pour cette rentrée, ont souligné MM. Slim Kabbaj et Yasser Medkouri, respectivement président et vice-président de ce club.
“Aujourd’hui, plusieurs observateurs reconnaissent que la consommation a bien évolué. Alors que les groupements en faveur du Bio se sont structurés, moins nombreuses sont les institutions et les personnes qui remettent en cause les plaidoyers sur le choix du Bio, reconnu comme plus favorable à l’environnement local, à la réduction des gaz à effet de serre et à l’atténuation des changements climatiques”, ont-ils relevé.
Les recherches scientifiques reconnaissent d’avantage aussi l’impact des pesticides et des perturbateurs endocriniens sur la santé des communautés et, partant, les atouts de l’agriculture biologique, ont fait remarquer MM. Kabbaj et Medkouri, notant que les principes de rendement agricole et de productivité sont bien moins convaincants dans les campagnes.
Et d’ajouter que les agriculteurs prennent conscience peu à peu des limites de l’agriculture intensive et sont plus nombreux à être tenté par la conversion au Bio, si seulement les conditions étaient favorables et le cycle production-transformation-distribution-export réellement attractif.
MM. Kabbaj et Medkouri ont, en outre, fait savoir que la mise en place de réseaux de distribution a permis de rationaliser l’offre aux points de vente qui se multiplient et finalement aux consommateurs. “Des magasins spécialisés ont ainsi vu le jour. Pas à pas, les entrepreneurs se sont intéressés à tous les segments de la chaine de valeur en vue de rendre la filière plus opérationnelle, de l’amont à l’aval, et ont recherché des niches de développement originales (thés et tisanes, spiruline et compléments alimentaires, cosmétique, baies de Goji et fruits exotiques, poulets, produits laitiers, huiles, produits du terroir, etc)”.
D’après eux, le stratégie “Génération Green” vient à point nommé inscrire le Bio dans une ambition nationale forte, cristalliser le grand potentiel de cette filière et libérer les énergies.
Le Maroc a tout intérêt à concrétiser rapidement la mise en place de ce secteur avec des objectifs et indicateurs élevés et crédibles, avec une réglementation avant-gardiste, afin d’attirer les investissements et les grands opérateurs agricoles, stimuler l’innovation dans les débouchés, multiplier la consommation, devenir une plateforme pour l’Europe et faire le pont avec l’Afrique, ont estimé les deux responsables.
Les entrepreneurs du CEBio, qui ont fait cet été une proposition de plan intégré au ministère de l’Agriculture sur tous les aspects de la filière, sont plus que jamais prêts à jouer leur rôle aux cotés du secteur public, pour convertir l’ambition “Génération Green” en projets et axes de développement sur le terrain, pour un Maroc de plus en plus Bio pendant cette décennie, si décisive pour le nouveau modèle de développement du pays, ont-ils conclu.

Bouton retour en haut de la page
Fermer