La mise en place du nouveau système du Bachelor favorisera un enseignement supérieur de qualité, a affirmé le président de l’université Sidi Mohammed Ben Abdellah (USMBA) de Fès, Redouane Mrabet.

S’exprimant lundi lors d’une journée d’étude sur ce système, qui démarrera en septembre prochain dans les établissements d’enseignement supérieur, M. Mrabet a souligné que ce nouveau système tend à accroître la productivité des établissements à accès ouvert, à travers l’augmentation du nombre de diplômés, lutter contre le décrochage universitaire grâce à un système d’orientation avancé et à développer l’esprit d’initiative et d’émulation chez les étudiants, à travers la maîtrise des langues étrangères.

‘’Le système d’éducation, de formation et de recherche scientifique est le principal pilier du progrès civilisationnel, économique et social des nations’’, a-t-il dit, mettant en valeur la Haute Sollicitude dont SM le Roi Mohammed VI entoure le secteur de l’éducation et de la formation.

Le responsable est revenu, à cette occasion, sur les réformes qu’a connues le système d’éducation et de formation, dont le système LMD ((licence, Master, Doctorat), qui a été instauré en 2003, le plan d’urgence 2009-2012, la vision stratégique de la réforme 2015-2030, ainsi que la loi-cadre N° 51.17, qui a défini pour la première fois les principes dédiés au système d’éducation et de formation du pays.

Toutes ces réformes et initiatives, a-t-il poursuivi, visent à permettre au système national d’éducation, de formation et de recherche scientifique de capitaliser sur ses acquis, de pallier à ses déséquilibres et de les développer, en vue d’accompagner les mutations sociétales du pays et d’aller de l’avant vers un modèle pédagogique orienté vers l’intelligence et qui développe le sens de la critique et promeut l’ouverture et l’innovation.

  1. Mrabet a aussi fait savoir qu’un diagnostic précis et objectif du système d’enseignement supérieur actuel a abouti à un certain nombre de lacunes, dont l’incapacité de ce système à suivre le développement dans le domaine de l’enseignement, particulièrement dans les établissements universitaires à accès ouvert, outre la barrière linguistique qui empêche la transition en douceur entre les niveaux secondaire et supérieur.

De son côté, le directeur des stratégies et système d’information au département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Youssef Loulidi, a pointé du doigt les lacunes et les limites de l’ancien système LMD, tout en énumérant les avantages du nouveau système du Bachelor.

Il a par ailleurs mis en avant les résultats ‘’honorables’’ obtenus par l’USMBA, qui a été classée première université au niveau national, et ce pour la deuxième année consécutive dans le classement ‘’Times Higher Education University Ranking’’(THE).

Cette rencontre, qui a vu notamment la participation des doyens des facultés, des coordinateurs des comités pédagogiques et des présidents des départements, a pour objectif d’approfondir le débat autour du nouveau système du Bachelor et des mécanismes relatifs à sa mise en œuvre.

Bouton retour en haut de la page
Fermer