L’autorité palestinienne a décidé de saisir la Cour internationale de justice (CIJ) à La Haye, en vue de récupérer ses revenus financiers détenus par Israël, a indiqué le ministre palestinien des finances, Chokri Bechara.

“Le Président Mahmoud Abbas et le Premier ministre Mohammad Shtayyeh ont décidé de mettre en œuvre un plan de confrontation financière avec Israël conformément aux lois internationales applicables”, a souligné le ministre lors d’un point de presse à Ramallah.

“Parmi les dossiers en suspens, nous demandons l’abolition de la récente loi de la Knesset autorisant la ponction des transferts dus à l’autorité palestinienne d’un montant équivalant aux aides attribuées aux prisonniers palestiniens en Israël et à leurs familles (environ 144 millions de dollars par an)”, a-t-il poursuivi.

Le ministre a accusé, dans ce sillage, l’occupation israélienne de “fourberie” à travers la mise en œuvre des relations économiques entre les deux parties de manière unilatérale, ajoutant que “l’imposition unilatérale du statu quo et l’application du Protocole commercial et financier de Paris ont bénéficié pleinement à l’occupation israélienne”.

“L’Etat palestinien a négocié et réclamé, depuis six ans, une réforme de l’ensemble du système du Protocole de Paris. Sur les 10 principaux dossiers revendiqués, nous n’avons traité qu’un seul”, a fait savoir M. Bachara, ajoutant qu’il est judicieux de saisir la justice puisque le dialogue avec l’occupation n’apporte pas de résultats.

“Le rôle de la CIJ est d’analyser les différends financiers entre les États et les particuliers”, a précisé le ministre, notant que l’accord de Paris accordait le droit à chacune des parties concernées d’y recourir pour régler ses différends financiers”.

Le montant moyen des recettes de compensation ou des taxes mensuelles perçues par Israël et supposées être transférées à l’autorité palestinienne est d’environ 190 millions de dollars, selon les chiffres du ministère palestinien des Finances.

Bouton retour en haut de la page
Fermer