Plusieurs Chioukhs et notables de tribus sahraouies participant à la 1ère Conférence internationale pour la paix et la sécurité au Sahara, qui se tient à Las Palmas, ont souligné, jeudi, que le plan d’autonomie présenté par le Maroc demeure la seule et unique solution pour clore définitivement ce différend artificiel.

Intervenant lors de la séance inaugurale de ce conclave international, ces dignitaires ont relevé que le ‘’polisario’’, qui campe toujours sur des positions caduques et dépassées, ne représente pas la population sahraouie, qui est déterminée à trouver une issue à ce conflit, qui n’a que trop duré, sur la base de l’autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine.

Dans ce contexte, Cheikh Abdi Bouira a mis l’accent sur les liens historiques unissant les tribus sahraouies et le Maroc depuis des siècles.

‘’Le polisario n’a aucune légitimité pour représenter les populations sahraouies’’, a-t-il relevé, ajoutant que les notables et Chioukhs des tribus du Sahara marocain ‘’ne permettront à personne de profiter de ce conflit artificiel pour ses propres intérêts’’.

‘’Les notables et Chioukhs des populations sahraouies soutiennent et défendent le plan d’autonomie présentée par le Maroc’’, a insisté Abdi Bouira.

Dans le même sillage, Cheikh Lafdal Ould Lamrabbih Rabbou a dénoncé les manœuvres du ‘’polisario’’, qui ‘’brise les rêves des Sahraouis dans la paix, le progrès et les retrouvailles dans les provinces du Sud du Maroc’’.

‘’Le polisario et son maître, l’Algérie, sont appelés à ne plus s’immiscer dans les affaires des populations sahraouies, qui veulent décider de leur sort librement et contribuer au développement que connaît le Sahara marocain’’, a-t-il affirmé, ajoutant que le ‘’polisario’’ sème la haine et la misère et promeut un discours de violence et de division.

Le plan d’autonomie rassemble tous les Sahraouis et constitue une opportunité pour se retrouver et vivre dans un cadre de paix et de quiétude, a relevé Lafdal Ould Lamrabbih Rabbou.

Cheikh Salhi Abdallahi a, de son côté, condamné le discours archaïque du ‘’polisario’’, qui vend des chimères aux populations souffrant dans les camps de Tindouf, faisant observer que le ‘’polisario’’, qui ne veut pas parvenir à une solution politique au différend du Sahara, ne représente pas les populations sahraouies.

Au lieu d’avancer vers une solution définitive, le ‘’polisario’’ œuvre pour que ce différend artificiel perdure encore, pour s’enrichir au détriment des souffrances des populations installées dans les camps de Tindouf, a-t-il dit.

La conférence internationale pour la paix et la sécurité au Sahara, qui se poursuivra vendredi, connaît la participation de plusieurs personnalités politiques espagnoles, chercheurs internationaux, journalistes et Chioukhs et notables des tribus sahraouies.

Bouton retour en haut de la page
Fermer