Loin de se réduire à une quelconque forme de luxe ou à des accessoires pour décorer les maisons et les magasins, les produits de l’artisanat occupent une place de choix dans la culture commune des Marocains, avec moult métiers axés sur la valorisation du savoir-faire éblouissant de l’artisan.

Qu’il s’agisse de matériaux utilisés pour la décoration des maisons, des magasins de commerce, des hôtels et restaurants ou d’ustensiles de cuisine, ou encore d’habits traditionnels, les produits d’artisanat qui demeurent le témoignage vivant d’un art manuel ancestral sont présents dans le quotidien des Marocains et même des étrangers.

Couturiers, potiers, maroquiniers et bien d’autres artisans, contraints de fermer leurs échoppes depuis environ trois mois à cause de l’état d’urgence sanitaire instaurée sur fond de pandémie du coronavirus (Covid-19), ont commencé à retrouver des couleurs grâce à la reprise progressive de leur activité pour accueillir à nouveau des clients potentiels qui ont hâtent de se procurer des produits à saveur authentique.

A l’instar de plusieurs secteurs d’activité économique affectés par la Covid-19, l’artisanat qui a connu un arrêt quasi-total de l’activité des professionnels pendant le confinement, reprend progressivement comme c’est le cas pour certaines activités industrielles et commerciales. En effet, les autorités ont permis aux secteurs productifs et des services la reprise de leurs métiers à partir du 11 juin, en veillant au respect de toutes les mesures proactives et préventives mises en place à cet effet et ce, afin de relancer l’économie nationale.

Tout en se réjouissant de la décision de reprise progressive des activités économiques dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’allègement du confinement, Mounia, qui détient un magasin d’habits traditionnels au quartier Al Wifaq à Témara, affirme que sa boutique a rouvert ses portes au grand bonheur des clients férus de vêtements traditionnels.

“Nous avons repris notre activité en douceur, certes. L’essentiel c’est que nous avons rouvert”, a confié Mounia à la MAP, assurant avoir repris le travail de façon progressive cette semaine en attendant le retour à la normale.

Elle a également fait observer que “l’arrêt total de notre activité le 17 mars dernier, qui a coïncidé avec la période du confinement, nous a incité à envoyer les commandes à nos clients via le service de livraison”.

Pour ce qui est de la reprise de son activité, cette commerçante s’est déclarée heureuse de revoir ses clients défiler dans sa boutique, en particulier ceux qui souhaitaient acheter des djellabas et des caftans traditionnels et ceux désireux de découvrir de nouveaux tissus et costumes traditionnels, surtout à l’approche de la fête de l’Aid Al Adha.

Elle a souligné qu’en application des mesures de précaution nécessaires pour une reprise sereine de toute activité commerciale ou industrielle, elle veille à la bonne application de l’ensemble des dispositions imposées pour faire face à la pandémie, en insistant sur le port obligatoire du masque et en mettant à disposition des clients et du personnel, réduit à deux employés seulement, des solutions hydro-alcooliques et un tapis d’entrée désinfectant.

“Nous procédons à la désinfection des vêtements et de tous les articles essayés par les clients directement après leur départ ainsi que tous les espaces du magasin dans l’objectif de respecter l’ensemble des conditions de sécurité nécessaires, durant cette période exceptionnelle, qui nécessite des efforts combinés de tout le monde pour réussir le défi de la reprise”, a-t-elle dit.

Elle a, dans ce même contexte, fait observer que les clients, dont le nombre ne dépasse pas deux en même temps au sein de la boutique, portent les masques de protection et respectent autant que possible les mesures de distanciation, à savoir une distance d’au moins un mètre et demi.

Les clients sont généralement très conscients de l’importance de l’application des mesures de précaution et de prévention de la Covid-19, a-t-elle fait remarquer, ajoutant qu’ils utilisent assez souvent les gels hydro-alcooliques, portent leurs masques et prennent toutes les mesures pour faire les magasins en toute sécurité.

Mounia a dans ce sens indiqué que durant cette période marquée par l’assouplissement du confinement, les conditions de sécurité et de prévention sanitaire restent un facteur décisif pour une reprise optimale des métiers de l’artisanat, ainsi que pour garantir la relance des activités commerciales.

Selon les recommandations présentées dernièrement par la Chambre de l’artisanat de Rabat-Salé-Kénitra en faveur de toutes les catégories des artisans, dans le cadre de l’accompagnement de la reprise de l’activité économique de cette activité, il est important de mettre en place des espaces dédiés à la réception des clients et des fournisseurs de la matière première ainsi que d’aérer en continu et désinfecter les espaces de travail.

Il s’agit également de respecter les mesures de distanciation, porter les masques de protection, se laver fréquemment les mains, et d’éviter le contact avec les clients et les fournisseurs.

La ministre du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, Nadia Fettah Alaoui avait souligné que cette pandémie mondiale a montré à quel point il est nécessaire de structurer le secteur de l’artisanat afin de le développer et d’améliorer les conditions de travail des artisans.

Le plan d’action du ministère destiné à fournir de très bonnes conditions pour la reprise des activités d’artisanat s’est articulé, selon elle, autour de trois axes à savoir, le programme de santé et de sécurité pour la reprise des activités, la restructuration du secteur et l’accompagnement des artisans en matière de production, de commercialisation et de financement, relevant que le département a mobilisé ses services afin d’accompagner les artisans pour qu’ils bénéficient des mesures entreprises à l’initiative du comité de veille économique.

Bouton retour en haut de la page
Fermer