Le pays commence à observer, à partir de mardi, l’état de calamité publique, en remplacement de l’état d’urgence en vigueur depuis le 27 mars.

Le décret portant réglementation de la nouvelle phase a été signé lundi par le Président de la République, João Lourenço.

Selon Adão de Almeida, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse, à ce stade, l’Exécutif adoptera une nouvelle approche et, dans certaines situations, il y aura “plus de rigueur”.

“Les mesures ne représentent pas un relâchement. Toutes les mesures seront prises en tenant toujours compte de la situation épidémiologique du pays”, a indiqué le ministre.

Selon le ministre d’État, la reprise de la vie sociale et économique dans le pays sera progressive et non immédiate, malgré l’entrée en vigueur du nouveau décret présidentiel.

“Nous n’aurons pas tous les services rouverts dès demain. Chacun doit s’adapter pour créer les conditions nécessaires”, a précisé Adão de Almeida.

Premièrement, a-t-il expliqué, des conditions minimales seront créées afin que dans chacune des périodes prévues par le décret présidentiel, les mesures de réouverture des services soient assurées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer