L’Allemagne, dont le contingent en Afghanistan est le deuxième après celui des Etats-Unis, a décidé mercredi de prolonger jusqu’au 31 janvier 2022 sa mission militaire dans ce pays sous l’égide de l’Otan.

La décision prise en conseil des ministres doit encore être avalisée par le Bundestag, la chambre basse du parlement.

“Les négociations de paix (entre le gouvernement afghan et les talibans) ne seront pas conclues avant la fin du mois de mars”, terme du mandat annuel allemand, avait récemment expliqué le chef de la diplomatie allemand Heiko Maas pour justifier une prolongation.

“C’est pourquoi nous devons nous préparer à différents scénarios, y compris avec un nouveau mandat du Bundestag”, avait-il ajouté.

L’Allemagne, qui compte quelque 1.100 soldats dans le nord du pays, participe à la mission de formation de l’Otan Resolute Support (RSM).

Les Etats-Unis ont de leur côté encore environ 2.500 soldats sur place, après la réduction des troupes décidée par l’ancien président Donald Trump.

Aux termes de l’accord signé en février 2020 entre les Etats-Unis et les talibans, les contingents des Etats engagés en Afghanistan doivent avoir quitté le pays le 1er mai 2021.

Mais le nouveau président américain Joe Biden est confronté à de “sérieux dilemmes” à l’approche de cette date, les talibans ne semblant nullement renoncer à la violence, a récemment estimé un haut responsable américain.

Sitôt l’entrée en fonction de M. Biden, son administration a en conséquence ordonné un réexamen de l’accord signé avec les talibans.

Dans ce contexte, les pays membres de l’Otan ont décidé il y a une semaine de différer leur décision sur leur désengagement d’Afghanistan.

“Nous faisons face à une situation difficile et a des dilemmes compliqués”, avait souligné le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg.

L’Otan est en Afghanistan depuis vingt ans mais a réduit sa présence, passée de 130.000 militaires de 36 pays engagés dans des opérations de combat à 9.600 aujourd’hui, chargés de la formation des forces afghanes.

Bouton retour en haut de la page
Fermer