Le gouvernement afghan s’est dit prêt à libérer progressivement 5.000 prisonniers talibans en échange d’une réduction “importante” des violences en Afghanistan, ouvrant la voie à des pourparlers historiques entre Kaboul et les insurgés.

Selon le porte-parole du président Ashraf Ghani, “la grâce et la libération de 1.500 prisonniers talibans” vont commencer samedi au rythme d’une centaine de détenus par jour.

Une fois des discussions entamées entre les autorités afghanes et les insurgés sur le futur du pays, 500 nouveaux détenus seront ensuite libérés “toutes les deux semaines”, jusqu’à parvenir à un total de 5.000 prisonniers, “à condition que la violence diminue de manière importante”, a poursuivi Sediq Sediqqui sur Twitter.

La mesure a été prise par décret du président Ghani, qui s’y était jusque-là opposé au nom de la souveraineté nationale.

Elle figurait dans l’accord signé le 29 février à Doha par les Etats-Unis et les talibans, mais non ratifié par Kaboul, en échange de la libération par les insurgés de 1.000 membres des forces afghanes qu’ils détiennent.

Bouton retour en haut de la page
Fermer