Le métier d’Adoul est l’un des piliers majeurs du système judiciaire, a indiqué, jeudi, le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader.

Intervenant lors de la cérémonie de remise de Wissams Royaux à un nombre de cadres et fonctionnaires des cercles judiciaires d’Agadir et de Laâyoune, M. Ben Abdelkader a mis en avant le rôle des adouls dans l’établissement de toutes sortes de contrats, comme les cessions immobilières, les actes de copropriété et des transactions entre particuliers, ainsi que les droits de succession.

La profession d’Adoul est avant tout est un patrimoine culturel et civilisationnel instauré depuis des siècles au Royaume, a rappelé le ministre lors de ce conclave qui a réuni également la nouvelle promotion de femmes Adouls à Agadir, faisant savoir que le statut du métier a été peaufiné par le législateur marocain à plusieurs reprises, dont le dernier en date est le Dahir n° 1-06-56 du 15 moharram 1427 portant promulgation de la loi n° 16-03 relative à la profession d’Adoul, toujours en vigueur.

S’agissant du plan de transformation numérique du système de la justice, M. Ben Abdelkader a fait remarquer que ledit plan devra permettre l’élaboration d’un document officiel et formel qui comprend une vision stratégique pour l’avenir et une feuille de route claire, dédiée à toute la famille de la justice.

Le responsable gouvernemental a précisé que le plan de transformation numérique s’appuie sur les réalisations du projet de modernisation entrepris par le ministère et établit une feuille de route claire conformément aux hautes directives royales, aux principes constitutionnels, aux engagements du gouvernement et aux recommandations de la charte de réforme du système judiciaire, ainsi qu’aux dispositions législatives relatives à la réforme de l’administration.

Ce plan fixe également des objectifs stratégiques visant à améliorer le système judiciaire et à fournir aux citoyens une justice simplifiée, accessible, efficace et continue, qui promeut le respect des droits fondamentaux des usagers, a-t-il dit, indiquant que sa mise en œuvre repose sur la réalisation de projets spécifiques et précis dans des domaines maîtrisés.

A noter que le ministre et la délégation l’accompagnant ont procédé à l’inauguration de la sous-direction provinciale relevant de la Cour d’Appel d’Agadir, pour un coût global de 12.230.000 DH.

Construit sur un terrain de 1.530 m2 pour une superficie couverte de de 1.851 m2, l’édifice comprend deux étages, un parking, des entrepôts et des infrastructures administratives.

De même, le ministre de la justice avait inauguré, le même jour, le siège de la section de la justice de la famille à Tiznit, qui s’étale sur une superficie de 5.000 m2 et qui a nécessité un budget global de près de 17,2 millions de dirhams.

Bouton retour en haut de la page
Fermer