Les relations entre le président français Emmanuel Macron et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ne cessent de se détériorer ces derniers mois.

Depuis samedi, les réactions sont vives dans le Proche-Orient après les déclarations d’Emmanuel Macron sur les caricatures du prophète.

Lors de l’hommage national à Samuel Paty, cet enseignant sauvagement assassiné le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, le chef de l’État français avait réaffirmé sa volonté de ne pas renoncer aux caricatures.

“Nous continuerons, professeur. Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien et nous porterons la laïcité, nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent”, avait lancé mercredi Emmanuel Macron dans la cour de la Sorbonne.

Si ces relations vont de mal en pis ces dernières semaines, c’est parce que plusieurs dossiers opposent les deux hommes depuis un certain temps.

“Ne cherchez pas querelle au peuple turc, ne cherchez pas querelle à la Turquie”, avait lancé Recep Tayyip Erdogan dans un discours télévisé à Istanbul début septembre à l’intention d’Emmanuel Macron.

Ce weekend, le président français a été nouveau cible d’attaques personnelles violentes de Recep Tayyip Erdogan, qui estime que le président de la République a “totalement perdu le contrôle de la situation”.

Réagissant à ces propos, la France a rappelé à Paris son ambassadeur à Ankara après que le président turc eut dit publiquement douter de “la santé mentale” de son homologue français qu’il accuse d’être “antimusulmans”.

La montée des tensions entre les dirigeants fait suite à des critiques précédents de la France sur l’intervention turque en Méditerranée orientale.

Dans le cadre du conflit entre la Turquie et la Grèce à propos de l’exploitation pétrolière en Méditerranée, la France avait intensifié sa présence militaire dans cette zone, en soutien au gouvernement grec.

Le président français et ses six homologues du sud de l’Union européenne avaient exhorté la Turquie à cesser sa politique de “confrontation” en Méditerranée orientale.

Bouton retour en haut de la page
Fermer