Fidèle à un testament désormais immuable, la saison des Nobel 2020 s’est ouverte, lundi à Stockholm, avec l’octroi lundi du prix de médecine et physiologie à Harvey J. Alter (USA), Michael Houghton (Royaume-Uni) et Charles M. Rice (USA), pour leurs travaux sur l’hépatite C.

“Le prix Nobel de cette année est décerné à trois scientifiques qui ont apporté une contribution décisive à la lutte contre l’hépatite à diffusion hématogène, un problème de santé mondial majeur qui cause la cirrhose et le cancer du foie chez des personnes du monde entier”, a annoncé l’Assemblée Nobel de l’Institut Karolinska à Stockholm, l’organe qui attribue le Prix Nobel de médecine.

Les trois nouveaux lauréats ont fait des découvertes majeures qui ont conduit à l’identification d’un nouveau virus, le virus de l’hépatite C.

Avant leurs travaux, la découverte des virus de l’hépatite A et B avait été un pas en avant critique, mais la majorité des cas d’hépatite à diffusion hématogène restaient inexpliqués.

La découverte du virus de l’hépatite C a révélé la cause des autres cas d’hépatite chronique et a rendu possible des analyses de sang et de nouveaux médicaments qui ont sauvé des millions de vies.

Conformément au testament d’Alfred Nobel (1833/1896), le Prix devrait faire honneur à «la personne qui aura fait la découverte la plus importante dans le domaine de la physiologie ou de la médecine».

Depuis son institution en 1901, le prix Nobel de médecine est revenu à 110 lauréats. Retiré à neuf reprises, de 1915 à 1942, le Prix est néanmoins revenu à 39 lauréats individuels, 35 fois remis ex-aequo et 38 à trois lauréats.

Pourquoi donc ? Dans les statuts de la Fondation Nobel, il est dit qu’un “montant du prix peut être divisé par deux œuvres, chacune étant considérée comme méritant un prix. Si un travail récompensé a été produit par deux ou trois personnes, le prix sera attribué conjointement. En aucun cas, un montant de prix ne peut être divisé entre plus de trois personnes”.

De 1901 à 2019, le nombre des lauréats du prix Nobel en physiologie ou en médecine s’élève à 219. . Jusqu’à présent, le plus jeune lauréat est Frederick G. Banting, âgé de 32 ans lorsqu’il a reçu le prix de la médecine en 1923.

Le lauréat le plus âgé du prix Nobel de physiologie ou de médecine à ce jour est Peyton Rous, âgé de 87 ans lorsqu’il a reçu le prix de médecine en 1966.

Sur les 219 nobélisés en physiologie ou en médecine, seulement 12 sont des femmes. Sur cet effectif féminin, Barabara McClintock est la seule à avoir reçu un prix Nobel non partagé.

Le prix Nobel de Médecine 2019 a été attribué à William Kaelin, Gregg Semenza et Peter Ratcliffe pour leurs recherches sur l’adaptation des cellules à l’apport variable d’oxygène. Plus spécifiquement, ils ont résolu le mystère du mécanisme moléculaire à l’origine de l’adaptation à l’hypoxie.

Bouton retour en haut de la page
Fermer