La Ligue des États arabes a salué lundi les efforts déployés pour faire avancer le dialogue politique entre les parties libyennes.

Dans un communiqué, la Ligue des États arabes a affirmé qu’elle “suit le cours du dialogue libyen qui a débuté dimanche à Bouznika, au sud de la capitale marocaine, Rabat, à l’invitation du Royaume du Maroc, et qui a réuni les délégations du Parlement libyen et du Haut Conseil d’Etat, dans le but de faire avancer la voie d’une solution politique suivant la référence de l’accord de Skhirat et de faire le suivi des diverses initiatives proposées visant à parvenir au règlement pacifique souhaité de la situation dans le pays”.

Dans son communiqué, le Secrétariat général de la Ligue arabe a appelé l’ensemble des parties libyennes à poursuivre leurs engagements de bonne foi dans tous ces efforts pour parvenir à une solution nationale et intégrée à la crise libyenne sur les plans sécuritaire, politique et économique et sous les auspices de l’ONU, et de manière à faire aboutir la phase de transition que traverse le pays qui sera couronnée par l’organisation d’élections législatives et présidentielle.

Les séances du dialogue libyen entre les délégations du Haut conseil d’État et le Parlement de Tobrouk, visant à maintenir le cessez-le-feu et ouvrir des négociations pour mettre fin aux conflits entre les protagonistes libyens, ont débuté dimanche à Bouznika.

Le dialogue libyen intervient quelques semaines après la visite au Maroc du président du Haut Conseil d’État libyen, Khaled Al Mechri et du président du Parlement libyen, Aguila Saleh, à l’invitation du président de la Chambre des Représentants du Maroc.

Il fait également suite à la visite au Maroc de la représentante spéciale et Cheffe de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) par intérim, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, Stéphanie Williams, dans le cadre des consultations qu’elle mène avec les parties libyennes, ainsi qu’avec les partenaires régionaux et internationaux afin de trouver une solution à la crise libyenne.

Bouton retour en haut de la page
Fermer