Les plans de levée des mesures de confinement imposées pour contenir la propagation du coronavirus commencent à s’esquisser en Europe, alors que plusieurs pays assouplissent déjà les restrictions face à la pandémie.

En Suisse, plusieurs commerces ouvrent ce lundi. Sous réserve de respecter les mesures-barrières, ce sont d’abord les coiffeurs, physiothérapeutes, médecins, salons de massage, fleuristes, jardineries, ainsi que les crèches qui reprendront leurs activités.

Le confinement y était moins dur qu’en Espagne. Après six semaines cloîtrés chez eux, les petits Espagnols peuvent depuis dimanche recommencer à jouer dans la rue, avec un certain nombre de restrictions comme l’absence de contacts. Le confinement a été prolongé jusqu’au 9 mai inclus, et le gouvernement présentera mardi son plan d’assouplissement.

Le même jour, le Premier ministre français, Edouard Philippe, dévoilera sa “stratégie nationale du plan de déconfinement”, qui doit débuter le 11 mai, avec notamment une réouverture progressive mais controversée des écoles.

L’Italie aussi doit détailler en début de semaine les mesures qu’elle envisage à compter du 4 mai. Les écoles resteront cependant fermées jusqu’en septembre.

La Norvège a rouvert les écoles pour les plus petits lundi. Une semaine après les “barnehager” qui font office de crèches et de maternelles, c’est au tour des enfants de six à dix ans de retrouver les bancs de l’école, dans des classes réduites à 15 élèves.

De son côté, la Belgique va entamer à partir du 4 mai une levée progressive des mesures de confinement.

“Le Conseil national de sécurité a arrêté une stratégie de déconfinement en trois phases avec une première phase en deux parties”, a précisé la Première ministre belge, Sophie Wilmès, lors d’une conférence de presse, relevant que ce plan de sortie du confinement “sera graduel, progressif” et chaque passage d’une phase à l’autre se fera en fonction de l’évolution de la pandémie.

S’agissant de la 1ère phase, dès le 4 mai, l’industrie pourra redémarrer ainsi que le “B to B” (soit les contacts entre entreprises), a fait savoir Mme Wilmès. Cependant, le télétravail restera la norme dans la mesure du possible, a-t-elle ajouté.

Il a été décidé également à partir de cette date de rendre obligatoire le port de masques et de protections couvrant le nez et la bouche dans les transports en commun à partir de l’âge de 12 ans, a-t-elle relevé.

Tous les commerces “sans discrimination de taille ou de secteur” devraient, par ailleurs, rouvrir dès le 11 mai, a souligné Mme Wilmès, notant, toutefois, que les magasins doivent respecter plusieurs conditions strictes en ce qui concerne l’organisation du travail, l’accueil des clients et la limitation à l’accès pour éviter la surcharge.

Pour ce qui est de la deuxième phase, elle sera marquée essentiellement par la réouverture des écoles, prévue à partir du 18 mai, a-t-elle ajouté. Cette réouverture sera accompagnée de toute une série de mesures visant à protéger les élèves et le corps enseignant avec notamment des classes composées de maximum 10 élèves. S’agissant des écoles maternelles, les cours resteront suspendus.

Concernant la phase 3 du plan de déconfinement (à compter du 8 juin), Mme Wilmès a précisé que plusieurs points seront examinés: la réouverture potentielle et progressive des restaurants, puis dans un timing plus lointain des cafés, tandis que des décisions seront prises pour les activités de l’été: voyages à l’étranger, camps de mouvements de jeunesse, etc. Les festivals seront interdits jusqu’au 31 août, a-t-elle ajouté.

La Première ministre belge a, par ailleurs, énuméré une série de mesures qui resteront en vigueur, notamment la limitation autant que possible des contacts et le respect des règles d’hygiène et des distances de sécurité lors des rencontres avec d’autres personnes.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer