Le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a exclu un échange entre le pétrolier britannique saisi par l’Iran dans le détroit d’Ormuz le 19 juillet dernier et le tanker iranien arraisonné par le Royaume-Uni au large de Gibraltar, 15 jours plus tôt.

Interrogé par la BBC sur la possibilité d’échanger les deux navires saisis comme une solution à la crise diplomatique avec l’Iran, M. Raab a souligné qu'”il ne s’agit pas de faire du troc. Il s’agit de faire respecter le droit international et les règles du système juridique international”, affirmant que les situations des deux pétroliers n’étaient pas comparables.

Le tanker iranien “Grace 1” saisi par le Royaume-Uni “a été intercepté parce qu’il violait les sanctions et se dirigeait vers la Syrie avec du pétrole”, a relevé M. Raab, notant qu’en revanche, le navire britannique saisi, le “Stena Impero”, a été détenu “illégalement”.

L’Iran avait arraisonné dans le détroit d’Ormuz le Stena Impero pour “non respect du code maritime international”, 15 jours après l’arraisonnement du tanker iranien Grace 1 par les autorités britanniques au large de Gibraltar.

La saisie du pétrolier Stena Impero a été qualifiée d'”inacceptable” par Londres qui a conseillé aux navires britanniques d’éviter ce passage maritime stratégique où se multiplient les incidents.

Le secrétaire d’Etat britannique à la Défense, Tobias Ellwood avait, par ailleurs, déclaré que le gouvernement envisage une “série d’options” en réponse à l’arraisonnement du pétrolier britannique par Téhéran.

Dimanche, le même département a annoncé le déploiement par Londres d’un deuxième navire de guerre britannique dans le Golfe pour assurer “la sécurité” des navires britanniques empruntant le détroit d’Ormuz.

Le destroyer “HMS Duncan” œuvrera pour assurer “le passage en toute sécurité des navires battant pavillon britannique dans le détroit d’Ormuz avec le HMS Montrose”, une frégate déjà sur place, a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué.

“La liberté de navigation dans le détroit d’Ormuz est vitale non seulement pour le Royaume-Uni, mais aussi pour nos partenaires et alliés internationaux”, a souligné le ministère.

Bouton retour en haut de la page
Fermer