La France va investir 700 millions d’euros supplémentaires dans le spatial militaire d’ici 2025, pour renforcer ses moyens de surveillance et se doter de capacités d’auto-défense dans l’espace, a annoncé la ministre des Armées Florence Parly.

La ministre a fait cette annonce, jeudi à Lyon, alors qu’elle présentait les contours de la nouvelle stratégie française en matière de défense spatiale.

«Sur la durée de la Loi de programmation militaire 2019-2025, cet effort représente 700 millions d’euros supplémentaires, en complément des 3,6 milliards d’euros déjà prévus pour le renouvellement complet de nos capacités satellitaires», a détaillé la ministre dans un discours relayé par les médias du pays.

La ministre a également rappelé la création, annoncée mi-juillet par le président français Emmanuel Macron, d’un «grand commandement de l’espace» au sein de l’armée de l’Air, qui deviendra à terme «l’armée de l’Air et de l’Espace». Ce nouveau commandement sera installé à Toulouse, centre névralgique de l’aérospatiale française, a-t-elle indiqué.

«Aujourd’hui, nos alliés et nos adversaires militarisent l’espace. Et alors que le temps de la résilience se fait de plus en plus court, nous devons agir. Nous devons être prêts», a souligné la ministre.

L’espace devenant «un nouveau front à défendre» et un enjeu sécuritaire face à l’active prééminence des Américains, des Russes et des Chinois, la France doit «perfectionner» ses capacités de défense sans pour autant s’engager «dans une course aux armements», a toutefois nuancé la ministre des Armées.

Récemment le Président français Emmanuel Macron a annoncé la création en septembre prochain d’un commandement militaire dédié à l’espace.

La création de ce commandement a été décidée “pour assurer le développement et le renforcement des capacités spatiales » de la France, a affirmé Emmanuel Macron, lors d’un discours au ministère des Armées, à la veille de la fête nationale du 14-Juillet.

En septembre 2018, la ministre des Armées s’était engagée à doter la France d'”une véritable autonomie stratégique spatiale” face aux “menaces portées par quelques grandes puissances” dans un contexte de militarisation de l’espace.

Bouton retour en haut de la page
Fermer