Pour faire face à la recrudescence de cas de contamination au Covid-19 que connaissent certaines parties de la France, en particulier les Alpes-Maritimes, la Moselle et le Nord, le gouvernement français a décidé d’opter, à l’heure actuelle, pour des confinements territoriaux, mais un confinement total du pays n’est pas pour autant écarté.

Après un confinement localisé inédit décrété lundi à Nice et dans 63 communes du littoral des Alpes-Maritimes, une première en France métropolitaine, ce mardi, le premier ministre, Jean Castex a annoncé avoir demandé « des mesures supplémentaires de freinage » de l’épidémie pour la sous-préfecture du département du Nord, après la « forte dégradation des indicateurs sanitaires ces dernières heures », particulièrement à Dunkerque.

Selon les autorités sanitaires, le taux d’incidence est de 901 cas pour 100 000 habitants dans cette sous-préfecture du Nord, avec un nombre important de cas dus au variant dit anglais.

Un confinement local a été décrété, lundi, pour deux week-ends, dans les Alpes-Maritimes où là aussi le taux d’incidence du virus est particulièrement élevé notamment dans la métropole de Nice qui enregistre plus de 700 cas positifs pour 100.000 habitants, plus de trois fois la moyenne nationale (190), tandis qu’environ 10% des tests de dépistage s’avèrent positifs (contre 6% pour l’ensemble de la France), dans un contexte de diffusion du variant britannique, plus contagieux.

Le confinement, qui sera effectif lors des deux week-ends à venir, prendra effet du vendredi soir à 18 heures (HL) jusqu’au lundi matin à 6 heures (HL) dans un rayon de 5 kilomètres.

Dans ce contexte, les commerces et galeries marchandes de plus de 5 000 mètres carrés vont fermer leurs portes, à compter de mardi et pour une durée de 15 jours, à l’exception des commerces alimentaires et de tous ceux en lien avec le secteur médical.

Si l’objectif du gouvernement est d’éviter, autant que possible, un troisième confinement, une mise sous cloche générale du pays n’est pas écartée pour autant. La présidence française a indiqué récemment qu’Emmanuel Macron se donnait 8 à 10 jours pour décider si les contraintes actuelles devaient être resserrées ou non.

La France a déjà été confinée à deux reprises, du 17 mars au 11 mai 2020, puis du 30 octobre au 15 décembre. A l’heure actuelle, un couvre-feu est toujours en vigueur sur l’ensemble du territoire, de 18h00 à 06h (HL).

La France recense depuis le début de l’épidémie près de 85.000 décès dus au Covid-19. Sur l’ensemble du pays, plus de 22.000 nouveaux cas de contaminations sont enregistrés quotidiennement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer