Le premier ministre français, Edouard Philippe, a écarté mercredi la possibilité d’un déconfinement total “en une fois, partout et pour tous” les Français.

Le chef du gouvernement, qui s’exprimait devant une mission d’information à l’Assemblée nationale, a souligné que plusieurs équipes travaillent sur cette question en examinant l’opportunité et la faisabilité d’un déconfinement régionalisé.

Selon lui, il s’agit d’une question “redoutablement complexe”, en l’absence de “précédent” ou de “méthode éprouvée”.

“Le déconfinement va dépendre dans sa réalisation d’éléments dont nous ne disposons pas aujourd’hui entièrement”, a reconnu le chef du gouvernement, alors que les Français ont entamé la troisième semaine d’un confinement qui se prolongera au moins jusqu’au 15 avril.

“Il est donc probable – je dis probable et j’essaie d’être précis dans mes mots – que nous ne nous acheminions pas vers un déconfinement qui serait général et absolu en une fois, partout, et pour tout le monde”, a-t-il dit.

Revenant sur la situation dans les hôpitaux, notamment dans les services de réanimation face à l’affluence massive de malades gravement atteints par le coronavirus, le premier ministre, qui aux côtés du ministre de la santé, était auditionné par une vingtaine de parlementaires via visioconférence, a souligné qu”‘aucun système de santé au monde n’a été conçu pour faire face à une vague de cette ampleur”.

Selon lui, il s’agit d’un “combat long et qui va durer”, ajoutant que ce combat difficile “impliquera de mauvaises nouvelles”.

La France, officiellement en état d’urgence sanitaire depuis le 24 mars, compte 4.032 décès sur un total de 56.989 cas de contamination confirmés, depuis le début de l’épidémie dans le pays.

Pour faire face à l’épidémie, l’exécutif français a mis en place une stratégie, qui outre son volet économique visant à atténuer l’impact du coronavirus sur l’économie et les salariés, comprend 3 axes principaux, à savoir; limiter la propagation du virus par le confinement, renforcer les capacités sanitaires et optimiser les moyens nationaux.

Bouton retour en haut de la page
Fermer