Le président Emmanuel Macron s’est adressé à nouveau aux Français, lundi soir pour la seconde fois en moins d’une semaine, pour annoncer une nouvelle batterie de mesures exceptionnelles visant à freiner la propagation du Covid-19.

Dans un discours télévisé, le chef de l’Etat français a réitéré, sur un ton ferme, que le pays était en “guerre” contre “la plus grave crise sanitaire en France depuis un siècle”. Il a invité ses concitoyens à réduire au maximum leurs déplacements et leurs contacts extérieurs à partir de mardi à midi et ce pour au moins quinze jours, pour limiter l’expansion de l’épidémie. “Seuls doivent demeurer les trajets nécessaires”, a-t-il affirmé, tout en prévenant que “toutes les infractions à ces règles seront sanctionnées”.

Le chef de l’État a déploré le fait que beaucoup de Français n’ont pas respecté les mesures de sécurité prises par l’exécutif la semaine dernière, ce qui explique les nouvelles mesures annoncées ce soir.

Côté économique, le chef de l’Etat a tenu à rassurer les Français financièrement menacés par la crise, en affirmant qu’“aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne sera livrée au risque de faillite. Aucune Française et aucun Français ne sera laissé sans ressources”, a affirmé Emmanuel Macron.

Pour les PME en difficulté, le président de la république a annoncé que les loyers, les factures d’eau, de gaz et d’électricité seront suspendus et qu’un dispositif exceptionnel de report des charges fiscales et sociales, de soutien au report d’échéances bancaires et de garantie de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques, sera mis en place.

Pour les salariés, un dispositif de chômage partiel sera massivement élargi, a-t-il ajouté, faisant observer qu’un fonds de solidarité abondé par l’Etat sera créé au profit des entrepreneurs, commerçant et artisans, entre autres.

En outre, il a annoncé la réquisition des forces armées pour transporter les malades et le déploiement d’un hôpital de campagne des armées en Alsace, l’une des régions les plus touchées par la pandémie du Covid-19.

Le président français a également annoncé la fermeture des frontières à l’entrée de l’Union européenne et de l’espace Schengen à partir de mardi midi, soulignant qu’il s’agit d’une “décision commune, prise ce matin entre Européens”, alors que les observateurs reprochent aux Européens d’agir chacun pour son compte face à la pandémie. “Concrètement, tous les voyages entre les pays non-Européens et l’UE seront suspendus pendant 30 jours”, a précisé M. Macron”.

Sur un autre volet, M. Macron a décrété le report du second tour des élections municipales qui était prévu le 22 mars courant, une décision qui était très attendue par les milieux politiques compte tenu de la situation sanitaire dans le pays et le taux d’abstention record enregistré lors du premier tour du scrutin de dimanche.

Il par ailleurs annoncé la suspension de “toutes les réformes en cours”, à commencer par la très controversée réforme des retraites, relevant que “dès mercredi, en Conseil des ministres, sera présenté un projet de loi permettant de répondre à l’urgence”.

Le chef de l’Etat français a appelé en outre à la mobilisation générale pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, dénonçant par la même occasion les fausses rumeurs et appelant à éviter “l’esprit de panique”.

Les nouvelles mesures de ce lundi soir, viennent s’ajouter à celles annoncées jeudi par le président français et samedi par le Premier ministre Edouard Philippe, et qui portaient notamment sur la fermeture jusqu’à nouvel ordre de toutes les écoles et les établissements scolaires ainsi que de tous les espaces recevant du public non indispensables à la vie du pays, comme les restaurants, les bars, les bibliothèques, les salles de fêtes et de sports.

La France roule au ralenti depuis plusieurs jours suite aux premières annonces interdisant les rassemblements de plus de 1000 personnes puis à 100 personnes. Ces décisions ont été derrière l’annulation de centaines de manifestations politiques, culturelles et sportives.

Le pays se trouve désormais au stade 3 de Covid-19, celui où le nombre de contaminations devient si important qu’il est impossible de retracer les chaînes de transmission et d’identifier des clusters précis.

Lundi soir, le bilan de l’épidémie est passé à 148 morts sur un total de 6633 contaminations confirmées depuis l’apparition du virus dans le pays.

Bouton retour en haut de la page
Fermer