La Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD) a tenu, mardi à Rabat, une séance de travail avec une délégation représentant le parti de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), qui a exposé la vision du parti relative au nouveau modèle de développement, sur fond de la pandémie de la Covid-19.

Cette rencontre intervient dans le cadre d’une nouvelle série de séances d’écoute et de concertations entamée par la CSMD avec différents acteurs et ce, dans l’objectif de consolider une approche participative qui vise à élaborer le modèle de développement escompté, tout en prenant en considération les répercussions de la crise entraînée par la propagation du nouveau Coronavirus.

Lors de cette réunion, la délégation, composée de Driss Lachguar, Abdelhamid Jmahri, Khaoula Lachguar, El Mehdi Mezouari, Tarik El Malki et Ahmed E Aked, a exposé les grandes lignes de son mémorandum concernant le nouveau modèle de développement à la lumière de la situation nouvelle imposée par la pandémie et la crise sanitaire.

Dans une déclaration à cette occasion, le secrétaire général du parti, Driss Lachguar, a indiqué que les circonstances dans lesquelles le CSMD a vu le jour sont très différentes de la situation actuelle qui est marquée par un renversement complet des concepts de développement dans toute la planète.

L’étude du modèle de développement dans ce nouveau contexte nécessite d’examiner la méthodologie de la Commission pour répondre aux répercussions sévères de la crise sanitaire avant même de traiter de ce modèle, a-t-il estimé.

L’USFP a publié plusieurs papiers relatifs à sa vision concernant le travail de la Commission, a ajouté M. Lachgar, précisant que face à ces complications, il est nécessaire d’agir en tant que front national unifié dans le cadre d’un État social fort.

L’élaboration d’un nouveau modèle de développement nécessite l’établissement d’un diagnostic précis, ce qui n’est pas aisé au vu de l’opacité qui entoure les perspectives de dépassement de la pandémie, a-t-il enchaîné.

De leur côté, les membres de la délégation ont affirmé que le mémorandum envoyé par le parti à la commission s’articule autour des rôles nouveaux que devra assumer l’État, soulignant l’importance de consacrer l’État social tout en replaçant les secteurs nécessaires, comme la santé et l’éducation, en tête des priorités.

Sur le volet économique, ils ont précisé que les efforts du gouvernement ne seront pas suffisants compte tenu de la prééminence du secteur informel et du fait qu’une grande partie des Marocains sont en dehors du système fiscal et des caisses de solidarité sociale.

La CSMD doit tenir prochainement des séances similaires avec d’autres instances politiques ayant fait part de leur volonté à exposer leurs propositions et visions relatives au nouveau modèle de développement, au vu des nouveaux paramètres et données des contextes national et international.

Bouton retour en haut de la page
Fermer