La crise qui secoue l’économie sud-africaine devrait s’aggraver dans l’avenir si le pays n’arrive pas à relancer la croissance et gérer la spirale de la dette publique, a indiqué, mercredi, le directeur général de la principale banque d’investissement en Afrique du Sud, Rand Merchant Bank, James Formby.

«La réduction des dépenses publiques risque de ralentir la reprise et conduire à une stagnation de l’économie, ce qui aura un impact grave sur l’économie du pays», a noté Formby, mettant l’accent sur la nécessité de trouver des moyens pour soutenir la croissance et maîtriser la dette de l’Afrique du Sud.

L’agence internationale de notation, Standard & Poor’s, avait exprimé, lundi, des doutes quant à la capacité de l’Afrique du Sud à réduire les dépenses publiques et stabiliser l’endettement.

«Il n’est pas clair comment l’Afrique du Sud compte faire pour respecter ses promesses annoncées dans le récent budget rectificatif de 2020, puisqu’on ne sait pas quels secteurs seront concernés par les réductions budgétaires», a expliqué l’analyste principal de l’Agence en Afrique du Sud, Ravi Bhatia.

«Les dépenses de l’État, dont 35 pc sont consacrés aux salaires, ont augmenté considérablement au cours de la dernière décennie, contribuant aux difficultés budgétaires éprouvées aujourd’hui par le gouvernement », a dit Fromby.

Il a soutenu qu’«à moins que le pays ne réduise ses dépenses, nous allons arriver à un niveau d’endettement insoutenable pour le pays».

Le ministre sud-africain des Finances, Tito Mboweni, avait signalé que la lourde dette accumulée par l’Afrique du Sud reste l’un des problèmes majeurs dont souffre l’économie du pays, notant que face à cette situation, le gouvernement entend stabiliser la dette à 87,4 pc du PIB jusqu’à 2023/24.

Selon des chiffres officiels, l’économie sud-africaine devrait se contracter de 7,2 pc en 2020. Mboweni avait rappelé que les finances publiques sud-africaines sont déjà « dangereusement compromises », ajoutant que son gouvernement envisage d’emprunter environ 7 milliards de dollars aux institutions financières internationales pour renforcer les mesures mises en place par le gouvernement pour faire face à l’impact du coronavirus.

Bouton retour en haut de la page
Fermer