Une trentaine de pays membres de la Coalition mondiale anti-Daech ont exprimé, au terme d’une réunion ministérielle tenue jeudi à Washington, leur détermination à poursuivre l’effort commun contre cette organisation terroriste en Irak et en Syrie.

Dans un communiqué conjoint rendu public à l’issue de cette réunion, les pays participants se sont félicités qu’après cinq ans d’engagement militaire et civil, la Coalition et ses partenaires ont libéré l’Irak et le nord-est de la Syrie de l’emprise de “l’Etat islamique” (EI).

À son apogée, le groupe EI contrôlait un vaste territoire, y compris d’importantes villes d’Irak et de Syrie, et attirait plus de 40.000 combattants terroristes étrangers, rappelle la même source, soulignant que la campagne de la Coalition a permis de libérer environ 7,7 millions de personnes de l’emprise de l’entité terroriste.

Les membres de la coalition ont en outre aidé à recueillir plus de 20 milliards de dollars d’aide humanitaire et d’appui aux peuples irakien et syrien et ont formé et équipé plus de 220 000 agents de sécurité et de police afin de stabiliser les communautés locales.

Dernièrement, les forces américaines ont tué le chef de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, rappelle le communiqué, notant toutefois que ces succès et la défaite durable de Daesh restent “menacés”, d’où la nécessité pour la Coalition de “maintenir une unité et une cohésion en terme d’objectif en Syrie et en Irak”.

Les membres de ce groupe restreint de la Coalition mondiale anti-Daech appellent ainsi à rester vigilants face aux menaces de terrorisme sous toutes ses formes et manifestations afin de maintenir les progrès réalisés, d’agir ensemble contre toutes les menaces et éviter les vides de sécurité dans la région que Daech pourrait exploiter, notant que le maintien en détention de personnes liées à l’EI, y compris des combattants terroristes étrangers dans le nord-est de la Syrie, demeure d’une “importance capitale”.

Le droit international, y compris le droit international humanitaire et la protection des civils, ainsi que le droit international des droits de l’homme doivent être respectés en toutes circonstances, relève le communiqué conjoint.

Les pays membres réitèrent en outre l’importance de garantir la reddition des comptes par tous les terroristes de Daech et s’engagent à empêcher les personnes détenues de retourner sur les champs de bataille en Irak et en Syrie ou de se déplacer ailleurs pour mener des attaques contre d’autres pays, soulignant, à cet égard, que le partage d’informations par le biais des canaux bilatéraux et ou multilatéraux tels qu’INTERPOL demeurera un élément clé de cette entreprise.

Ils soulignent, par ailleurs, que la Coalition doit rester vigilante et lutter contre la menace que représentent les filiales et les réseaux de Daech dans le monde entier, tout en réaffirmant leur engagement à lutter contre l’idéologie du groupe jihadiste afin d’empêcher sa résurgence.

Enfin, les pays membres saluent la proposition de l’Italie d’accueillir en 2020 la prochaine réunion du groupe élargi de la Coalition mondiale anti-Daech.

Bouton retour en haut de la page
Fermer