La Bourse de Santiago a clôturé l’année 2019 avec une baisse cumulée de 8,5% par rapport à l’année précédente, enregistrant ainsi sa pire performance en six ans.

L’indice IPSA, qui regroupe les principaux titres du marché boursier, a terminé la dernière journée de l’année avec une hausse de 0,02%, à 4.669,85 points.

En 2019, l’IPSA est passé d’un maximum de 5.843 points le 22 février à un minimum de 4.412 points le 13 novembre, clôturant l’année avec une perte en capitaux propres de 26,13 milliards de dollars.

Ainsi, l’un des secteurs les plus touchés était le commerce de détail, les actions de “Ripley” ont chuté de 41,6%, sa pire performance depuis 2008, celles de “Falabella” ont baissé de 36,3%, la plus forte baisse depuis 1998 et de “Cencosud” ont diminué de 21,2%, bien qu’il s’agisse d’une performance moins négative que celle de 2018.

Début décembre dernier, le gouvernement chilien avait présenté un plan de relance économique doté de 5,5 milliards de dollars.

La situation difficile “exige une action de l’État par une politique budgétaire ambitieuse pour l’année 2020 (…). Ce programme, que nous présentons aujourd’hui, prévoit des moyens à hauteur de 5,5 milliards de dollars”, a déclaré le ministre des Finances, Ignacio Briones.

Avec ce plan, les dépenses publiques augmenteraient de 9,8% en 2020 par rapport à la Loi de finances 2019, a relevé le ministre lors d’un point de presse, soulignant que l’Exécutif lancera un programme de protection de l’emploi, de relance économique, de reconstruction et de soutien aux PME.

Depuis le début de la crise sociale le 18 octobre dernier, le peso chilien a perdu environ 15% de sa valeur face au billet vert.

Bouton retour en haut de la page
Fermer