L’exposition itinérante “Nouvelle génération, la bande dessinée arabe” s’est ouverte à Rabat, offrant au public l’occasion de découvrir une sélection d’œuvres réalisées par une quarantaine de bédéistes issus d’une dizaine de pays.

Initiée par l’Institut français du Maroc, en partenariat avec l’ONCF et la REDAL, cette exposition, inaugurée à la gare ferroviaire Rabat-Agdal, propose, jusqu’au 20 décembre, de poser un regard nouveau sur l’évolution de la bande dessinée arabe et internationale de même qu’elle constitue une occasion pour familiariser les enfants avec cet art.

Dans une allocution de circonstance, la Directrice générale de l’Institut français du Maroc, Clélia Chevrier Kolačko, a souligné que la BD permettra, grâce à cette exposition, de toucher potentiellement 17.000 voyageurs par jour, ajoutant que près de 1.000 élèves pourront découvrir l’exposition à la manière d’un jeu de piste.

En marge des visites scolaires, les enfants pourront bénéficier d’une journée culturelle, résolument singulière qui va les mener vers Tanger, via Al Boraq, tout en profitant d’une expérience immersive durant le voyage avec des lunettes de réalité virtuelle, une activité autour de la BD, ainsi que des ateliers contes et breakdance une fois à la gare de Tanger, a-t-elle dit.

Mme Chevrier Kolačko a, en outre, souligné que cet événement est l’occasion de lancer l’événement “2020, année de la BD” afin de célébrer le 9è art et ceux qui le font vivre, rappelant que depuis mars 2019, l’exposition a posé ses valises dans plusieurs villes du Royaume à la rencontre d’un large public.

De son côté, Pierre Lungheretti, Directeur général de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, un établissement public de coopération culturelle à caractère industriel et commercial basé en France, a souligné la nécessité de montrer l’extraordinaire vitalité de la création du monde arabe en matière de bande dessinée.

Cette nouvelle bande dessinée, a-t-il assuré, surprend par son audace, par la multiplicité de ses influences et par la richesse des thèmes qu’elle aborde notamment les thèmes intimes, poétiques, politiques, historiques, sociétaux, elle rend compte et permet de mieux décrypter la nouvelle page qui est en train de s’écrire dans cette région du monde.

Pour sa part, le bédéiste marocain Salah Eddine Basti a assuré que cette exposition est une “très bonne” initiative pour les jeunes générations et pour les visiteurs en général. “Au menu de cette exposition figurent des médiations et des ateliers de BD pour les élèves dans le but de leur donner une définition de la BD et du métier de bédéiste pour leur faire vivre une expérience hors du commun”, a-t-il précisé.

L’exposition “Nouvelle génération, la bande dessinée arabe” propose au public d’aller à la découverte des œuvres d’une quarantaine de bédéistes d’Algérie, d’Égypte, d’Irak, de Jordanie, du Liban, de Libye, du Maroc, de Palestine, de Syrie et de Tunisie.

Bouton retour en haut de la page
Fermer