La compagnie nationale Kenya Airways (KQ) reprendra ses vols passagers le 8 juin avec un strict respect d’un protocole médical, a annoncé le ministre des Transports, James Macharia.

La “Kenya Airports Authority” (KAA) a mis en place un manuel d’exploitation spécial Covid-19 en prévision de l’ouverture des aéroports du pays pour les passagers, a affirmé le ministre.

“Nous nous attendons à ce que KQ vole à partir du 8 juin sous réserve des protocoles médicaux”, a affirmé le ministre dans une interview publiée vendredi par le journal “The Star”, en précisant que le “protocole médical” a été mis en place suivant les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et dans le respect des spécifications et des normes établies par l’Association du transport aérien international (IATA).

“Nous soutenons la KQ à retourner dans le ciel”, a ajouté M. Macharia.

Cette semaine, le personnel de l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) a suivi une formation de deux jours sur les mesures préventives anti-Covid19, un programme de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) dirigé par “l’AMREF Health Africa”, Ong africaine de santé publique, et financé par l’Allemagne.

D’un montant de 708,1 millions de shillings (7,1 millions de dollars), le programme couvre huit aéroports internationaux dans les six États partenaires de la CAE et implique un large éventail de personnels en contact étroit avec les passagers et/ou leurs bagages, dont des prestataires de services médicaux d’aéroport, des exploitants d’aéronefs et de compagnies aériennes, des membres d’équipage sélectionnés, du personnel de l’immigration et des douanes ainsi que des manutentionnaires de fret et de bagages. 

La formation vise à renforcer les connaissances du personnel sur les mesures de sécurité, les stratégies de surveillance, de prévention et de contrôle et les directives régionales pertinentes.

“Ces formations sont mises en œuvre à un moment critique, avant que les voyages internationaux ne reprennent”, a déclaré l’adjoint de l’ambassadeur  allemand au Kenya, Thomas Wimmer.

Les derniers développements donnent de l’espoir à l’industrie aéronautique et touristique du pays, qui compte parmi les plus touchées depuis la suspension par le gouvernement de vols en mars pour freiner la propagation du coronavirus.

Kenya Airways a immobilisé la majorité de ses 36 appareils, dont neuf Boeing 787 Dreamliners, 10 Boeing 737 et 17 Embraers, rappelle-t-on.

Bouton retour en haut de la page
Fermer