La police de Mandera, ville kényane située à la frontière somalienne et éthiopienne, est en alerte maximum après le signalement de la présence dans la région d’une vingtaine de membres présumés du groupe jihadiste somalien d’Al-Shabaab, affilié à Al-Qaida. Lesdits membres des Shabaab ont été aperçus vendredi soir à Bale-Ilman Mala, avec une charrette, suspectée être chargée d’explosifs improvisés, selon un responsable de la sécurité de Mandera, cité lundi par les médias locaux. “Il est estimé que ces membres d’Al Shabaab pourraient envisager de poser des engins piégés le long de la route Eleram-Falama et de la route Elwak-Wajir en visant des véhicules de sécurité”, a déclaré ce responsable.

Cette mise en garde intervient deux jours seulement après que 11 policiers aient été tués lorsque leur véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé (IED) à Garissa.

Les policiers effectuaient une patrouille le long de la route Damajale -Harehare, dans le comté de Garissa, près de la frontière entre le Kenya et la Somalie, lorsque leur véhicule a sauté sur l’engin explosif, explique-t-on de même source.

Il y a un mois, cinq agents de sécurité, dont trois soldats de la Force de Défense du Kenya et deux officiers de l’Unité anti-vol, ont été tués dans un tir de roquette lancé par des hommes armés du groupe jihadiste somalien des Shabaab à Mandera, rappelle-t-on.

Bouton retour en haut de la page
Fermer