Le président français Emmanuel Macron a appelé “fermement à la cessation immédiate” des hostilités à Nagorny- Karabakh, lors d’entretiens téléphoniques dimanche soir avec le Premier ministre arménien et le président azerbaidjanais, a indiqué l’Elysée.

Lors de ces entretiens, le chef de l’Etat français a exprimé “sa vive préoccupation” à la suite de l’offensive armée qui se déroule depuis dimanche matin au Haut-Karabakh, a relevé le palais présidentiel, cité par les médias de l’hexagone.

M. Macron a également fait part de “sa disponibilité à contribuer à un règlement pacifique et durable de la question du Haut-Karabakh”, d’après la même source.

Plus tôt dans la journée, le Quai d’Orsay a souligné dans un communiqué qu'”en sa qualité de coprésidente du groupe de Minsk, la France, avec ses partenaires russe et américain, réitère son engagement en vue de parvenir à un règlement négocié et durable du conflit du Haut-Karabakh, dans le respect du droit international”.

Les autorités arméniennes ont décrété la mobilisation générale et la «loi martiale» dimanche, alors que de nouveaux combats meurtriers ont éclaté entre les séparatistes du Nagorny Karabakh, soutenus par l’Arménie, et les forces de l’Azerbaïdjan voisin. Ces nouveaux combats ont fait au moins 23 morts et une centaine de blessés.

“La loi martiale et la mobilisation générale sont décrétées en Arménie. J’exhorte tout le personnel à se présenter aux commissariats militaires”, a déclaré sur Facebook le premier ministre arménien, Nikol Pachinian.

Un peu plus tôt, la présidence de la région séparatiste avait également décrété “la loi martiale et la mobilisation générale pour les plus de 18 ans” lors d’une séance extraordinaire du Parlement local.

Bouton retour en haut de la page
Fermer