Le nouveau Président tunisien, Kais Saied, a, dans son discours devant le Parlement prononcé mercredi après la prestation de serment, fixé les priorités de son mandat en réitérant son attachement au respect de la loi, au renforcement des droits des femmes, à l’égalité entre tous les Tunisiens et au raffermissement des relations de la Tunisie avec les pays du Maghreb.

Dans son discours, le Président tunisien a indiqué que «les Tunisiens ont besoin d’un nouveau rapport de confiance avec les politiciens et ceux qui gouvernent”, promettant de protéger l’Etat tunisien et de garantir sa pérennité.

Relevant la nécessité de mettre les structures de l’Etat à l’abri de tout calcul politique, Kaïs Saïed s’est porté garant du peuple, de l’Etat et de la sécurité des Tunisiens et a promis de garantir la justice et de réaliser les aspirations des Tunisiens en termes d’emploi, de liberté et de dignité.

“La première responsabilité d’un chef d’Etat est d’être le symbole de son unité, de veiller au respect de la Constitution et de rassembler tous les Tunisiens”, a-t-il dit.

Promettant de “réunir tous” et d’être “au-dessus des conflits” internes, le nouveau président a précisé que chacun “est libre de ses convictions et ses choix, mais les services de l’Etat doivent être à l’abri de tous les calculs politiques”.

Sur le registre des droits et des libertés, le chef de l’Etat a lancé : “Il n’y a pas lieu de toucher aux droits de la femme”, appelant à la nécessité de renforcer les droits économiques et sociaux de la femme tunisienne.

“Les défis sont immenses et la responsabilité sera très lourde. Mais la volonté du peuple est grande pour relever les défis et surmonter les obstacles”, a-t-il noté.

S’agissant des relations extérieures de la Tunisie, il s’engage à respecter tous les accords ratifiés même si certains d’entre eux peuvent être révisés sur la base d’entente entre les nations et les peuples. Le prolongement naturel de la Tunisie sont les pays du Maghreb, l’Afrique, le monde arabe, le nord de la Méditerranée et le reste des pays amis, soutient le chef de l’Etat.

Il a, à cet égard, souligné que le peuple tunisien soutiendra toutes les causes justes dont en premier lieu la cause palestinienne.

“Notre position n’est pas du tout contre les Juifs mais contre la colonisation et le racisme”, a-t-il dit, estimant qu’”il est temps que toute l’humanité mette fin à cette injustice qui se poursuit depuis plus d’un siècle”.

M. Kais Saied a succédé au chef de l’Etat par intérim Mohamed Ennaceur, nommé pour 90 jours après le décès en juillet dernier du premier Président élu démocratiquement au suffrage universel en Tunisie, Béji Caïd Essebsi.

Bouton retour en haut de la page
Fermer