Le nouveau Premier ministre britannique, Boris Johnson, a dénoncé jeudi les termes “inacceptables” du traité de retrait conclu par Theresa May avec l’Union européenne (UE), appelant son gouvernement à entamer des préparatifs, en vue d’un Brexit sans accord.

Dans sa première séance de question orales à la Chambre des communes, le nouveau locataire du 10 Downing Street a rappelé que “l’accord de retrait a été rejeté trois fois” par les députés britanniques, insistant que “les termes de ce texte sont inacceptables pour le parlement et pour le pays”.

Même s’il a dit préférer que le Royaume-Uni quitte l’UE avec un accord de divorce, M. Johnson a annoncé qu’il a demandé jeudi à Michael Gove, chancelier du duché de Lancastre, de faire des préparatifs pour un Brexit sans accord, tout en faisant part de sa volonté de rouvrir les négociations avec l’UE pour un nouvel accord.

“Nous sommes prêts à négocier, en toute bonne foi, une alternative” à l’accord conclu en novembre dernier, après 17 mois de négociations, a-t-il relevé, réclamant “l’abolition du filet de sécurité” entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du nord.

Réitérant son intention de quitter l’UE d’ici le 31 octobre, M. Johnson a confirmé que “tous les fonds nécessaires seront mis à disposition” pour gérer une sortie sans accord, appelant l’UE à “revoir” son opposition à rouvrir les négociations sur l’accord de divorce.

Le Premier ministre conservateur a aussi précisé que le Royaume-Uni ne nommerait pas de commissaire européen pour la nouvelle Commission qui prendra ses fonctions le 1er novembre, soit le lendemain de la date prévue du Brexit.

Boris Johnson a été élu mardi chef du parti conservateur pour devenir le 14e chef de gouvernement britannique. Il a été reçu mercredi après-midi au palais de Buckingham à Londres, où il a été officiellement nommé Premier ministre du Royaume-Uni par la Reine Elizabeth II, en succession à Theresa May qui a échoué à mettre en oeuvre le Brexit.

Bouton retour en haut de la page
Fermer