Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo, reportés en 2021 en raison de la pandémie de coronavirus, ont annoncé mardi leur volonté de réduire le coût de leur organisation en diminuant les frais de personnels et d’infrastructures.

Le report de l’événement à l’été 2021 (23 juillet-8 août) a engendré des coûts supplémentaires pour les organisateurs: nouvelles réservations de lieux, de transports, prolongation du personnel du comité d’organisation pour une année supplémentaire.

Selon un plan provisoire, ils envisagent des réductions de personnel officiel encadrant les épreuves, a précisé le directeur général du comité d’organisation de Tokyo-2020, Toshiro Muto, lors d’une conférence de presse.

Il espère parvenir à un accord avec le Comité olympique international sur la baisse des coûts au cours d’une réunion prévue la semaine prochaine.

Les économies, dont le montant n’a pas été précisé, concerneront aussi les infrastructures dont les installations d’entraînement, les infrastructures d’accueil, le village olympique ou encore le centre de presse international.

Les organisateurs prévoient aussi de réduire les frais d’organisation des événements pré-olympiques et de développer les revenus provenant du sponsoring et des dons.

“Nous continuerons d’essayer de réduire davantage le coût des Jeux”, a ajouté Toshiro Muto.

A ce jour, le coût total d’organisation de la compétition n’a pas été révélé par les organisateurs. En décembre, ces derniers avaient évalué le coût total des JO de Tokyo à 1.350 milliards de yens (11 milliards d’euros) pour la partie japonaise.

A l’instar du vice-président du Comité olympique international, John Coates, qui avait déclaré la semaine dernière que les JO auraient lieu “avec ou sans Covid”, Toshiro Muto souhaite que les Jeux olympiques se tiennent à tout prix en 2021, malgré l’épidémie.

“Nous sommes en accord… avec la décision du président Coates”, a déclaré Muto.

Les organisateurs des Jeux olympiques de Paris-2024 souhaitent eux aussi faire des économies. Ils s’apprêtent à retoucher la carte des sites qui accueilleront les épreuves olympiques et paralympiques pour essayer de réduire les coûts d’organisation d’environ 400 millions d’euros.

Bouton retour en haut de la page
Fermer