Les Etats-Unis ont mis fin aux dérogations qui autorisaient jusqu’ici des projets liés au programme nucléaire civil iranien malgré les sanctions de Washington.

“Aujourd’hui, j’annonce la fin des exemptions aux sanctions pour tous les projets nucléaires émanant du JCPOA en Iran”, a déclaré le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo dans un communiqué publié, en référence à l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien duquel le président Donald Trump s’est retiré.

Il s’agit, selon la même source, de la conversion du réacteur d’Arak, la fourniture d’uranium enrichi pour le réacteur de recherche de Téhéran, et l’exportation du combustible irradié et des déchets du réacteur de recherche iranien.

L’exemption de sanctions couvrant ces activités prendra fin à l’issue d’une période finale de réduction progressive des opérations de 60 jours permettant aux entreprises et entités impliquées dans ces activités d’y mettre un terme, a précisé M. Pompeo.

“Le régime iranien a poursuivi sa politique de la corde raide dans le domaine nucléaire en développant des activités sensibles en matière de prolifération. Ces actions d’escalade sont inacceptables et, en conséquence, je ne peux justifier le renouvellement de l’exemption pour ces activités”, a-t-il souligné.

Le secrétaire d’Etat américain a, par ailleurs, renouvelé pour 90 jours la dérogation dont bénéficie le programme de soutien international à la centrale de Bouchehr, “pour assurer la sécurité des opérations”.

Par la même occasion, M. Pompeo a annoncé la désignation sur la liste noire américaine du directeur exécutif de l’Organisation de l’énergie atomique iranienne, Amjad Sazgar, et d’un autre responsable chargé de la recherche et développement sur les centrifugeuses, Majid Aghai.

“Le personnel nucléaire iranien doit faire un choix: travailler pour les organisations iraniennes de prolifération et risquer d’être sanctionné ou mettre ses compétences au service du peuple iranien dans des activités qui sortent du domaine de la prolifération”, a souligné le chef de la diplomatie américaine.

Bouton retour en haut de la page
Fermer