La chambre des représentants irakienne a approuvé mardi la nouvelle loi électorale, l’une des principales revendications des manifestations populaires que connait l’Irak depuis le début d’octobre dernier.

La loi a été approuvée dans son intégralité, y compris les articles controversés 15 et 16, au cours d’une séance de vote à laquelle ont pris part 177 représentants, et qui a été marquée par le retrait des forces kurdes qui s’opposaient aux deux articles.

Ceux-ci définissent la formule de candidature et adoptent le nouveau découpage à plusieurs circonscriptions électorales au lieu d’une circonscription unique, en réponse aux revendications des protestataires.

La nouvelle loi permet le choix des représentants du peuples à base de candidatures individuelles et non pas par listes partisanes à condition que chaque candidat représente une circonscription électorale précise.

D’après des observateurs de la scène politique irakienne, cette loi devra permettre aux nouvelles générations d’accéder à la scène politique, et de mettre fin à la dominance des grands politiques.

Depuis octobre dernier, l’Irak vit au rythme de manifestations en masse revendiquant des réformes politiques et sociales, qui ont obligé le Premier ministre irakien, Adel Abdel Mahdi de démissionner.

Bouton retour en haut de la page
Fermer