La pro-européenne Maia Sandu a été investie jeudi à la présidence de la Moldavie, devenant la première femme à la tête de cette ex-république soviétique.

Mme Sandu, ex-Première ministre pro-européenne, élue le 15 novembre avec 57,75% des suffrages face au chef d’Etat sortant Igor Dodon, a prêté serment devant le Parlement et la Cour constitutionnelle.

Dans son discours d’investiture, Maia Sandu, 48 ans, a rappelé ses principaux thèmes de campagne à savoir la lutte contre la corruption et la promotion d’une “intégration européenne”.

Après l’élection présidentielle, le Parlement moldave avait adopté une loi réduisant les pouvoirs présidentiels, une mesure perçue par Maia Sandu comme un moyen de réduire le rôle de la présidence au profit du Parlement, contrôlé par des partisans de M. Dodon.

Des milliers de personnes ont depuis protesté à Chisinau, la capitale, pour réclamer la démission du gouvernement et la dissolution du Parlement. La loi a été suspendue début décembre par la Cour constitutionnelle.

Le Premier ministre Ion Chicu a démissionné mercredi , une décision qui devrait ouvrir la voie à des élections législatives anticipées.

Jeudi, Mme Sandu a défendu l’organisation de nouvelles élections comme “le seul moyen de purger le Parlement et de rétablir la justice”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer