Un mémorandum de plaidoyer pour l’intégration de la langue amazighe dans les plans et programmes sectoriels a été présenté, mardi à Rabat, à l’occasion d’une conférence organisée par le Réseau amazigh pour la citoyenneté (Azetta).

Ce mémorandum, présenté par Abdellah Badou, président d’Azetta, et Tijani El Hamzaoui, acteur associatif, se décline en cinq principes généraux, à savoir les recommandations onusiennes, la dimension régionale et locale, le suivi et l’évaluation, la transparence, la coordination et la convergence, ainsi que la coopération internationale.

Il s’appuie sur l’expérience et les données dont dispose le Réseau amazigh pour la citoyenneté en la matière, les expériences internationales comparées, ainsi que les recommandations et propositions émanant des rencontres de consultation menées avec les acteurs institutionnels, politiques et de la société civile.

Le mémorandum présenté propose une batterie de mesures à caractère transversal à même de répondre aux besoins de chaque département gouvernemental. Il s’agit de la mobilisation des ressources humaines et financières nécessaires à la mise en œuvre des engagements affichés dans la loi organique n°26.16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh. Il est également question de la mise à jour de l’arsenal juridique en la matière afin d’accompagner l’évolution constitutionnelle et les dispositions de la loi n°26.16, notamment en ce qui concerne les cahiers de charge des médias publics et le secteur de la justice.

Ce document rappelle les engagements gouvernementaux en matière de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh, conformément aux dispositions de la loi organique n°26.16. Il s’agit des engagements gouvernementaux en matière d’éducation (5 engagements), de législation et d’action parlementaire (5), de médias et communication (8), de production culturelle et artistique (3), de services publics (7), d’espaces publics (7) et de justice (4). Pour chacun de ces engagements, le mémorandum recommande une série de mesures à adopter.

Ces mesures touchent aussi l’aspect linguistique, via la promotion de la langue amazighe et la publication de dictionnaires spécialisés en cette langue. Il s’agit, par ailleurs, d’assurer l’implication de l’amazigh dans les efforts menés par les départements gouvernementaux en termes de modernisation (numérisation, intelligence artificielle,…) et d’archivage.

Bouton retour en haut de la page
Fermer