L’initiative « Moustaqil » a tenu, dernièrement à Rabat, son assemblée générale, afin de présenter le bilan des activités de l’association au titre de l’année en cours et définir son plan d’action pour l’année prochaine.

Lors de cette réunion, tenue jeudi dernier, il a été procédé à la présentation du bilan des activités menées par cette association citoyenne et qui ont porté, notamment sur l’écoute et l’accompagnement, lors d’une tournée effectuée dans 24 villes et ayant ciblé plus de 580 jeunes filles et garçons de différents horizons, âgés de 15 à 24 ans, non scolarisés ou ayant interrompu leurs études, sans emploi ou ceux qui n’ont bénéficié d’aucune formation (NEET) selon la classification des Nations Unies.

Selon un communiqué de l’association, les participants ont également passé en revue le bilan des quatre sessions du programme «émergence des compétences», que l’association a organisé au profit de cette frange de la société.

Dans ce contexte, le collectif ‘Moustaqil’ a formé 360 jeunes (filles et garçons) dans les domaines des techniques de recherche d’emploi, des langues (soft skills) de la gestion d’entreprise, des médias et de la technologie.

Il a, également, dispensé des cours de droit et d’histoire du Maroc à un grand nombre de jeunes, afin de développer leurs connaissances, d’enrichir leur culture générale et de faire étalage de leurs compétences qui leur permettront d’accéder au marché de l’emploi. De plus, l’association est venue en aide à 50 jeunes pour bénéficier d’une formation appropriée ou à retourner aux études.

Dans ce cadre, M. Omar El Khiyari, fondateur de l’Initiative “Moustaqil”, a noté que la situation des jeunes est très préoccupante, notamment suite à la crise causée par la pandémie du Covid-19 et l’insuffisance des efforts déployés pour encadrer les jeunes dans une situation précaire.

“C’est pour cette raison que l’Initiative Moustaqil place cette frange des jeunes, qui sont en dehors du cercle de l’éducation, du travail et de la formation +NEET+, au cœur de ses préoccupations et en tête de ses priorités”, a-t-il souligné, cité par le communiqué.

De son côté, M. Mehdi Messmoudi, secrétaire général de l’association, a affirmé que cette dernière a mis à la disposition des jeunes (NEET) “Dar Al Moustaqil” dans le quartier de l’Agdal, qui est un lieu de vie et un espace de travail, et a mis en place et développé une académie virtuelle afin que ces  jeunes puissent bénéficier de diverses formations et d’accompagnement gratuites, outre la création d’une cellule d’écoute et d’encadrement psychologique.

Pour sa part, M. Amine Mazzen, coordinateur médias de l’initiative, a souligné l’importance de la mise en place d’une nouvelle stratégie de communication en vue d’amener de nouveaux bénéficiaires à l’association, en racontant leurs expériences et récits de leurs trébuchements, puis évaluer les résultats obtenus après s’être engagés dans la formation, dans le but d’être une source d’inspiration pour le reste de la jeunesse.

Intervenant par la même occasion, M. Mourad Al-Ajouti, avocat au barreau de Casablanca et membre du bureau exécutif de l’association, a insisté sur l’importance d’engager des experts dans le processus d’accompagnement, en adoptant un nouveau programme permettant d’organiser des rencontres entre jeunes et responsables des ressources humaines pour la formation technique des jeunes à même de leur faciliter l’accès au marché de l’emploi et assurer une meilleure adéquation entre la formations et les besoins du marché de l’emploi.

L’initiative « Moustaqil » a été lancée en septembre 2018. Ainsi, des jeunes s’engagent pour d’autres jeunes autour de trois axes, à savoir l’écoute, le renforcement des compétences et l’engagement collectif au service de la communauté.

Bouton retour en haut de la page
Fermer