Le Maroc constitue un “cas d’école” en matière de qualité des infrastructures, a affirmé, lundi à Paris, Karim Zine-Eddine, directeur des études de Paris Europlace, organisation en charge de promouvoir et développer la Place financière de la capitale française.

Cette année, Paris Infraweek (7-10 octobre) a invité un certain nombre de pays émergents qui s’inscrivent dans une nouvelle dynamique mondiale visant à rechercher la qualité des infrastructures, a déclaré M. Zine-Eddine à la MAP, en marge d’un panel consacré dans le cadre de cet événement au Royaume, sous le thème “Maroc : Opportunités d’Infrastructure”.

“Le Maroc figure parmi ces pays où on développe des infrastructures de qualité qui répondent aux critères de soutenabilité des financements, de respect d’un certains nombre de critères environnementaux et de création des emplois”, a-t-il dit.

Il s’agit aussi d’infrastructures qui ne pèsent pas sur les budgets et les finances des Etats et en même temps permettent à un pays de se développer et à croître, et qu’il soit en ligne avec son modèle de croissance, a ajouté le directeur des études de Paris Europlace, organisatrice de l’événement.

Les infrastructures qui se développent aujourd’hui au Maroc respectent nombre de ces critères, a-t-il souligné.

Et d’ajouter que le Royaume est même “un cas d’école” en la matière étant donné que les modèles de partenariat public/privé (PPP) qui y sont développés pour le financement de certains projets sont des “modèles originaux où on fait intervenir de la commande publique couplée à une intervention assez forte de financements privés”.

La semaine “Paris Infraweek 2019” s’est ouverte, lundi, avec un focus sur quatre pays émergents dont le Maroc.

Le panel consacré au Royaume à cette occasion a été présidé par l’ambassadeur de SM le Roi à Paris, Chakib Benmoussa, avec la participation notamment du directeur général d’Ithmar Capital, Obaid Amrane, et du directeur de Colas Rail Maroc, Pierre-Gilles Douriez.

Cet événement international permettra de souligner la dynamique économique dans laquelle le Maroc s’est engagé depuis l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI et les efforts déployés par le Royaume pour mettre en place des infrastructures de qualité à même d’attirer les investissements privés.

Au programme de cette 3ème édition de Paris Infraweek figurent notamment des conférences et des ateliers sur différents sujets en rapport avec la qualité des infrastructures, leur rôle et leurs financements en tant qu’élément fondamental de tout développement économique et territorial.

L’ouverture de cet événement s’est déroulée en présence de représentants du gouvernement français, de la Banque mondiale et de plusieurs multinationales, ainsi que des pays faisant l’objet du focus de cette rencontre, dont le Maroc, le Kenya, la Croatie et l’Arabie Saoudite.

Bouton retour en haut de la page
Fermer