Quelque 60 pétitions contestant la nouvelle loi sur la citoyenneté (CAA) en Inde ont été déposées devant la Cour suprême indienne qui a fixé la date du 22 janvier pour entendre les premières plaidoiries.

Les pétitions, signées par plusieurs partis de l’opposition, qualifient ladite loi, qui facilite la neutralisation des migrants issus de trois pays voisins à l’exception de ceux de confession musulmane, de “discriminatoire et violait le droit à l’égalité et les principes de la laïcité”.

La Cour suprême avait déclaré qu’elle examinerait la validité constitutionnelle de la nouvelle loi sur la citoyenneté, mais a refusé de suspendre son application.

Les pétitions contestent également la création par le gouvernement du Registre national des citoyens (NRC) en coordination avec l’Etat d’Assam (nord-est), visant à recenser les habitants éligibles ou disposant déjà de la nationalité indienne.

Le NRC s’est soldée par l’exclusion de près de deux millions de personnes de la nationalité indienne dans l’Assam, un Etat où les questions religieuses et ethniques demeurent sensibles.

Pendant ce temps, les manifestations contre la CAA et le NRC continuent de faire pression sur le gouvernement depuis plus de 10 jours. Mercredi, les manifestations ont pris les couleurs festives du Noël.

A New Delhi, certains manifestants déguisés en Père Noël brandissaient des pancartes disant “Joyeux Noël à tous sauf à la police de Delhi”. Une autre pancarte du Père Noël protestataire disait “Cette année, le Père Noël ne viendra pas en Inde.”

Le bilan des manifestations contre la nouvelle loi sur la citoyenneté, adoptée le 11 décembre par le Parlement, a atteint 25 morts, en plus de centaines de blessés et autant d’arrestations.

Bouton retour en haut de la page
Fermer