Alors que tous les regards sont tournés vers la pandémie du COVID-19, la plus grande épreuve que le monde ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale, la crise environnementale qui touche la planète exige aussi l’attention du monde “de toute urgence”, a affirmé le Secrétaire général de l’ONU.

Dans un message à l’occasion de la Journée internationale de la Terre nourricière, célébrée le 22 avril, Antonio Guterres a relevé que si l’impact du coronavirus est à la fois “immédiat et effroyable”, il existe aussi “un autre problème qui exige notre attention de toute urgence : la crise environnementale qui touche notre planète”.

“Les gaz à effet de serre, tout comme les virus, ne respectent pas les frontières nationales”, a-t-il dit.

“La biodiversité est en fort déclin. Les dérèglements climatiques sont tels que nous approchons du point de non-retour”, a rappelé le chef de l’ONU, qui a appelé à “une action décisive” pour protéger la planète du coronavirus mais aussi des dérèglements climatiques, qui menacent l’existence même de l’humanité.

“La crise que nous traversons actuellement est l’occasion d’une prise de conscience inédite. Nous devons mettre à profit les mesures prises pour surmonter la pandémie afin de poser des bases solides pour notre avenir”, a-t-il plaidé.

Le Secrétaire général a ainsi proposé une série d’actions liées au climat qui aideront à façonner la reprise et les travaux à venir, notamment la création de nouveaux emplois et de nouvelles entreprises dans le cadre d’une transition propre et écologique et une croissance durable, et la transition d’une économie grise à une économie verte.

M.Guterres a également appelé à tenir compte des risques liés au climat et des possibilités offertes en la matière aussi bien dans le système financier que dans tous les aspects de l’élaboration des politiques publiques et du développement des infrastructures.

“En cette Journée internationale de la Terre nourricière, unissons nos voix pour exiger un avenir sain et résilient pour l’humanité comme pour la planète”, a-t-il conclu.

Bouton retour en haut de la page
Fermer