L’encours des créances sur l’économie se serait accru de 6,7%, au deuxième trimestre 2020, en glissement annuel, au lieu de +6% au premier trimestre, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Cette évolution serait attribuable notamment à l’accélération des crédits à la trésorerie des entreprises, explique le HCP dans son récent point de conjoncture.

Dans le sillage de la décision de Bank Al-Maghrib (BAM) d’abaisser son taux directeur de 50 points de base à 1,5% au mois de juin 2020, les taux d’intérêt sur le marché interbancaire auraient baissé de 33 points de base, en glissement annuel, se situant à 1,94%, relève la même source.

Parallèlement, les taux auraient diminué sur le marché des adjudications des bons du Trésor. Les taux d’intérêt à 1 an et à 5 ans auraient reculé, en moyennes et en variations annuelles, de 6 et 12 points de base, respectivement.

Ce point de conjoncture fait également ressortir que la masse monétaire aurait évolué au rythme de 5,7%, au deuxième trimestre 2020, après +5,1% un trimestre auparavant, en glissements annuels, alors que le besoin de liquidité des banques se serait nettement creusé, à la suite de la hausse de la monnaie fiduciaire dans une conjoncture de confinement sanitaire de la population.

Dans ce contexte, BAM aurait abaissé le taux de réserve obligatoire de 2% à 0% et augmenté significativement le volume de ses financements aux banques, indique le HCP, ajoutant que les avoirs officiels de réserve auraient progressé de 22,1%. Pour leur part, les créances nettes sur l’administration centrale auraient nettement augmenté, marquant une hausse de 7% de l’endettement monétaire du Trésor.

Bouton retour en haut de la page
Fermer