MDJS 1100X150 VA CHRONO

Seule la passion a conduit la jeune Hasna Mertous, du village de Tillougite (province d’Azilal), à pratiquer le sport du canyonisme, un sport d’hommes, alternant randonnée, escalade et sports d’eaux vives, et l’a motivée à devenir la première femme à pratiquer cette activité dans l’ensemble de la province d’Azilal.

Le désir ardent de cette jeune villageoise pour le sport du canyonisme, très pratiqué dans la province d’Azilal qui regorge d’importants sites touristiques, a permis à cette femme de 22 ans, qui vit au sein d’une famille traditionnelle près du mont de la Cathédrale, de sortir de la routine quotidienne des femmes de la haute montagne pour aspirer à une carrière nationale et internationale dans ce sport.

Mais les débuts de Hasna avec le canyonisme ne datent pas d’hier. La jeune fille “aguerrie” comme aiment l’appeler ses voisins du village était consciente de la difficulté du défi et de l’ampleur des contraintes et des enjeux sociaux et culturels qui s’opposent à sa pratique de ce sport à forte dominante masculine.

Cependant, sa persévérance et les encouragements de sa famille ont été pour elle une source de motivation pour la pratique du canyonisme. Elle, qui s’est très tôt engagée dans une coopérative locale active dans les sports d’eaux douces pour se consacrer à une aventure toute autre que celle des femmes de Tillougite.

Le canyonisme est, en effet, l’un des sports les plus prisés qui consiste à descendre les rivières et les gorges pouvant présenter des cascades ou d’autres reliefs accidentés et difficilement accessibles à franchir. L’activité demande plus ou moins une bonne condition physique, outre la maitrise de plusieurs techniques comme la nage, les sauts, les glissades et l’évolution avec des cordes.

Ainsi, la participation de Hasna dans la coopérative Tamga des activités touristiques au village Imi-N-warge lui a ouvert les portes de ce sport en bénéficiant de nombreuses formations dans ce type de sports et d’un soutien financier pour l’achat d’équipements en plus de l’octroi d’une aide pour la création d’un site web pour présenter et promouvoir le canyonisme dans le village qui dispose d’importants sites touristiques pour la pratique de ce type d’activités, notamment les cascades et les gorges d’Oukhoudane, le mont de la cathédrale qui culmine à 1800 mètres et celui d’Azourki dépassant les 3600 mètres.

Dans une entrevue à la MAP, Hasna, qui s’apprête à obtenir son diplôme de licence en littérature française, a avoué que son expérience au sein de la coopérative Tamga lui a enseigné des leçons de vie et lui a ouvert de nouveaux horizons et les portes de nouvelles relations humaines, à travers la communication et l’interaction avec les amoureux de ce sport et les aventuriers qui se pressent annuellement sur Azilal en quête d’adrénaline.

Au cours de son expérience, elle a également pu acquérir des connaissances techniques liées à ce sport ludique qu’elle a accumulées au cours de nombreuses formations dont elle a bénéficié dans le cadre d’un programme d’accompagnement et de réhabilitation conclu entre la direction régionale des Eaux et Forêts et l’Agence Allemande de la Coopération, dans le but de soutenir le développement de ce type de sports et le renforcement du tourisme rural. D’ailleurs, la Direction des Eaux et Forêts a ouvert un certain nombre de chemins d’accès à des zones accidentées, telles que les environs du mont de la Cathédrale ou encore des chutes d’eaux d’Ait Tamjout.

Le plus souvent, Hasnaa, accompagnée des membres de la coopérative Tamga dont elle fait partie, accueillent régulièrement les mordus de ce type de sports dans plusieurs auberges du village à l’aide de voitures 4×4 qui facilitent le transport des personnes vers les montagnes, où elles sont accompagnés par des habitants du village qui prêtent main forte aux touristes et les assistent jusqu’à la fin de leur périple pour se retrouver après une longue journée autour d’un tajine à base de poulet ou de chèvre dans l’une des maisons des villageois de la région.

Si Hasna admet que ce sport a été un puissant catalyseur de sa personnalité et une source importante de revenus financiers pour ses études, elle aspire en même temps à développer son expérience pour participer à des événements internationaux et à institutionnaliser davantage ce sport en faveur de l’épanouissement et de l’autonomisation des femmes de la haute montagne pour contribuer à un développement local intégré et durable.

Bouton retour en haut de la page
Fermer