Le président italien Sergio Mattarella poursuit ses consultations auprès des différentes formations politiques, pour la formation d’un nouveau gouvernement, après la fin de la coalition entre la Ligue et le Mouvement 5 Étoiles (M5S).

Le président italien, qui a la clé du dénouement de la crise, reçoit un par un les leaders des partis politiques dans son palais du Quirinal, dans le but de parvenir à la formation d’une coalition gouvernementale.

Le Parti démocrate (PD), première formation de gauche, a proposé au président une alliance avec le M5S.

Son chef Nicola Zingaretti a évoqué, à l’issue de l’audience, un “gouvernement de changement”, précisant que les conditions posées pour une éventuelle coalition avec le M5S comprennent notamment une confirmation de “la vocation européenne” de l’Italie et un changement radical de la politique migratoire du pays.

L’ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, patron de Forza Italia (centre-droit), a appelé pour sa part à établir une “majorité parlementaire de centre-droit” pour “préserver les Italiens de l’oppression judiciaire, fiscale et bureaucratique” d’une majorité de gauche.

Il a, par ailleurs, mis “en garde contre un exécutif qui serait le fruit d’une nouvelle majorité entre différents acteurs, une majorité improvisée, qui n’existerait qu’au parlement et non dans le pays, une majorité qui ne respecterait pas la majorité des électeurs italiens”.

De son côté, la présidente du parti Frères d’Italie, Giorgia Meloni, proche de la Ligue d’extême droite de Matteo Salvini, à l’origine de l’éclatement de la coalition gouvernementale, a réclamé des élections immédiates, “seule issue possible et respectueuse de l’Italie”, contrairement à “une majorité parlementaire” qui ne reflèterait pas “le consensus du peuple”.

Mais, le scénario le plus probable reste celui de la formation d’une nouvelle majorité et non la perspective d’élections anticipées, car la troisième économie de la zone euro, endettée et dont la croissance est à l’arrêt, devrait affronter, au même moment, la délicate élaboration du budget 2020.

Bouton retour en haut de la page
Fermer