Le Premier ministre géorgien Guiorgui Gakharia a démissionné jeudi après la décision d’un tribunal d’ordonner le placement en détention d’un dirigeant de l’opposition, qui pourrait selon lui mener à une «escalade politique».

“J’ai pris la décision de quitter mes fonctions”, a déclaré M. Gakharia lors d’une réunion gouvernementale retransmise à la télévision, estimant que cette décision judiciaire “crée la possibilité d’une escalade politique dans le pays”.

Cet opposant, Nika Melia, dirigeant du Mouvement national unifié (MNU), un parti fondé par l’ex-président en exil Mikheïl Saakachvili, est accusé par la justice d’avoir organisé des “violences de masse” en 2019.

Un tribunal géorgien a ordonné mercredi son placement en détention provisoire.

M. Melia, 41 ans, se trouve à Tbilissi au siège du parti, où les dirigeants de la quasi-totalité des formations d’opposition se sont réunis dès mercredi pour le soutenir.

Le Parquet a réclamé son arrestation la semaine dernière après que, laissé en liberté sous caution en 2019, il a refusé de payer une caution supplémentaire.

Selon les médias locaux, les forces de l’ordre ont tenté d’arrêter l’opposant jeudi matin mais n’ont pas réussi à pénétrer dans le bâtiment.

Le ministère de l’intérieur a ensuite annoncé dans un communiqué avoir “temporairement reporté” l’arrestation de Nika Melia suite à la démission du Premier ministre.

Bouton retour en haut de la page
Fermer