Le parlement britannique a approuvé, mercredi, à la majorité le projet de confinement général de l’Angleterre, décrété par le gouvernement en vue de faire face à une deuxième vague de coronavirus.

Ainsi, 516 députés se sont prononcés en faveur du second confinement et 38 ont voté contre ces nouvelles mesures qui devraient mettre à l’arrêt l’économie britannique, déjà frappée de plein fouet par les retombées de la crise sanitaire.

Dès jeudi, les cafés, pubs, restaurants et tous les commerces jugés non essentiels seront à nouveau contraints de fermer leurs portes jusqu’au 2 décembre, alors que le système national de santé (NHS England) a annoncé qu’il passerait à son niveau d’alerte “le plus élevé” à partir de minuit.

De même, les habitants de l’Angleterre sont appelés à télétravailler s’ils le peuvent et ne quitter leurs domiciles que pour des raisons précises comme faire de l’exercice, se rendre à un rendez-vous médical ou faire des courses alimentaires essentielles. Les personnes âgées et vulnérables sont, par ailleurs, priées de redoubler de prudence.

Accusant le bilan le plus lourd d’Europe en termes de décès dus à la pandémie, le Royaume-Uni a dépassé la barre d’un million d’infections par le Covid-19, ce qui a poussé le gouvernement à revenir sur sa politique localisée et à reconfiner la population.

Ce nouveau verrouillage ne concerne pas l’Ecosse, chacune des quatre nations constitutives du Royaume-Uni étant libre de décider de sa propre stratégie de lutte contre la pandémie. Le Pays de Galles a déjà décrété un confinement au moins jusqu’au 9 novembre, alors que l’Irlande du Nord a opté pour un confinement partiel.

Bouton retour en haut de la page
Fermer