Le ministre britannique de la Santé Matt Hancock a salué le moment “historique” que représente le début mardi de la campagne de vaccination contre le Covid-19 au Royaume-Uni.

Pays le plus durement touché en Europe par la pandémie avec plus de 61.000 morts, le Royaume-Uni est le premier dans le monde à avoir autorisé le déploiement du vaccin développé par Pfizer et BioNTech et sera le premier pays occidental à entamer sa campagne de vaccination.

Le ministre Matt Hancock, qui a désigné récemment le premier jour de la campagne de vaccination comme le “V-day”, a souligné que “la semaine qui vient est un moment historique”.

“Nous faisons passer en premier les plus vulnérables et les plus de 80 ans, le personnel des maisons de retraite” et du service public de santé “seront parmi les premiers à recevoir les vaccins”, a-t-il déclaré dimanche dans un communiqué.

Son personnel “travaille tout le week-end pour préparer le lancement du programme, les premières vaccinations intervenant à partir de mardi”, a précisé le NHS Angleterre.

Pour ce faire, des “hubs” sont mis en place dans 50 hôpitaux anglais, puis 1.000 centres de vaccination seront organisés, selon le ministère de la Santé.

Les contraintes induites par ce vaccin, qui doit être stocké à -70°C, représentent un défi logistique, soulignent les autorités sanitaires, ils doivent être transportés par une entreprise spécialisée et leur décongélation prend plusieurs heures.

Le pays a commandé 40 millions de doses de ce vaccin, permettant de protéger 20 millions de personnes, deux injections étant nécessaires. 800.000 doses seront disponibles dans un premier temps au Royaume-Uni.

Bouton retour en haut de la page
Fermer