Le gouvernement gabonais vient de lancer le projet d’appui au programme agricole Graine phase 1 baptisé “PAPG1” pour un coût de 115,86 millions d’euros (76 milliards de FCFA).

S’étalant sur 5 ans, le PAPG1 dont le coût d’envoi a été donné, vendredi , par le Premier ministre Julien Nkoghé Bekalé devrait impacter plus de 630 000 personnes dont en majorité des femmes et des jeunes, avec à la clé, environ 5100 emplois directs.

Il permettra aussi la mise en valeur de 10 000 hectares de cultures vivrières et 10 500 autres hectares de plantation de palmiers à huile, selon le ministère de l’Agriculture, notant qu’outre la création de 500 entreprises agricoles rurales et la réduction des importations des denrées alimentaires, le PAPG1 prévoit la construction de routes, d’écoles, de centres de santé ainsi que la fourniture d’eau et d’électricité.

Sur le coût global de 76 milliards de FCFA, 65 milliards de FCFA proviennent des financements de la Banque africaine de développement (BAD) et 11 milliards pour la quote-part du Gabon.

Le Gabon dépense chaque année, plus de 686 millions d’euros (450 milliards de FCFA) pour importer les denrées alimentaires.

Lancé fin 2014, le programme GRAINE dont la première phase prend fin en 2019 avait pour objectif de pallier l’absence de politique sectorielle définie et d’assurer à terme la sécurité alimentaire au Gabon.

Malgré des atouts naturels (climat et abondance de terres arables), le secteur agricole gabonais reste à un état embryonnaire, faisant du Gabon un pays fortement dépendant d’importations alimentaires.

Bouton retour en haut de la page
Fermer